L'art de remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui

Clément Solym - 14.07.2012

Edition - Société - manifestation - procrastination - david


Remettre toujours au lendemain ce que l'on peut faire aujourd'hui est plutôt mal vu dans notre société où l'on a l'habitude de dire que le temps, c'est de l'argent. Et perdre du temps, dans une entreprise, c'est perdre en productivité. L'auteur et éditeur David d'Equainville s'est penché sur le sujet au sein de son pamphlet Manifeste pour une journée reconductible, disponible en version numérique (2,99 €).

 

Alors que beaucoup démarrent leurs vacances, il est peut-être temps d'ouvrir ce petit livre sur sa tablette…lors de quelques heures de farniente. Initiateur de la journée mondiale de la procrastination, avec cet ouvrage, David d'Equainville, vous l'aurez compris, n'en est pas à son coup d'essai sur le sujet. Il continue de le creuser toujours davantage, s'inscrivant ainsi à contre-courant. Voilà donc un petit conseil de lecture, avec l'arrivée d'un temps estival...

 

A cette occasion, l'on peut rappeler que le Musée du Quai Branly propose, depuis le 2 juin et ce jusqu'au 2 septembre de prendre le temps de vivre en harmonie avec la nature. Coupé de l'infernale vie parisienne, vous pourrez ainsi vous réfugier derrrière la palissade de verre qui environne le musée afin de venir profiter des activités de « Jardin d'été » qui invitent à la lenteur.