Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

L'Assemblée littéraire de Poutine laisse les écrivains froids

Antoine Oury - 13.12.2013

Edition - International - Evgeny Popov - Assemblée littéraire - Vladimir Poutine


En annonçant la création d'une Assemblée littéraire à laquelle il conviait tous les écrivains russes contemporains, Vladimir Poutine donnait surtout l'impression de vouloir donner au contrôle politique des publications un tour plus mondain. La plupart des écrivains ayant reçu sa carte d'invitation ont refusé, tantôt ulcérés, tantôt dubitatifs.

 


Det Norske Arbeiderpartis landsmøte, 3-6 november 1923

L'Assemblée littéraire, ou le retour de vieilles habitudes ? (Municipal Archives of Trondheim, CC BY 2.0)

 

 

Le dernier écrivain en date à réagir à l'invitation de Poutine n'est autre qu'Evgeny Popov (Yevgeni Anatolyevich Popov), auteur autrefois membre du groupe à l'origine de Metropol, un organe de publication tentant de lutter contre la censure soviétique. Autant dire qu'il sait quelque chose des tentatives du pouvoir politique pour maîtriser la production artistique...

 

« J'ai reçu une invitation, qui m'a laissé à la fois perplexe au premier abord, avant de me conduire à une sorte de conflit interne, tellement cette idée est absurde. Les signatures des descendants de grands écrivains et poètes russes ne représentent rien pour moi, je ne sais pas qui sont ces gens », a expliqué Popov. Il faut préciser que Poutine avait fait la tournée des lignées de grands écrivains russes, comme Dostoïevski ou Pouchkine, dans une tentative pour convaincre les écrivains... Pour un retour à la Russie des tsars ?

 

Popov rejoint la liste assez longue des écrivains ayant refusé ou carrément dénoncé l'invitation de Vladimir Poutine, dont Boris Akounine, Dmitry Bykov ou Lioudmila Oulitskaïa. Il faut dire qu'il n'avait pas hésité à envoyer un petit billet doux à Édouard Limonov, pourtant arrêté à de nombreuses reprises, encore cette année, suite à des manifestations contre le gouvernement répressif de Vladimir Poutine.

 

(via Publishing Perspectives)