Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

L'Association Lecteurs et Usagers pointe le surbooking à la BnF

Nicolas Gary - 03.08.2013

Edition - Bibliothèques - réservation - ALUBnF - BnF


Depuis le 5 juillet dernier s'est créée l'Association des Lecteurs et Usagers de la Bibliothèque nationale de France. « En avril dernier, la BnF bruissait de l'élection du représentant des lecteurs (Collège Recherche) au conseil d'administration. À la table des permanences, les lecteurs disaient tous leur souhait de mieux faire entendre leur voix sur le devenir de leur Bibliothèque. C'est de cette volonté renouvelée à  chaque rencontre qu'est née ALUBnF. »

 

 

 

 

Dans son fonctionnement, cette association souhaite représenter l'ensemble des lecteurs de la BnF, sur les différents sites, mais également les utilisateurs de Gallica. Elle évoque également « tous ceux qui sont fidèles à la vocation culturelle de la BnF à travers ses expositions, ses colloques et ses conférences ». Avec pour ligne directrice la « qualité de l'accès des lecteurs et usagers aux collections et aux services de la Bibliothèque », ses préoccupations se portent sur le développement d'échanges et contacts « entre publics et personnels de la BnF ».

 

Parmi ses premières actions, il faut évoquer le rétropédalage de la BnF, qui avait décidé de modifier les modalités de réservation et de communication des documents. L'entrée en vigueur de cette mesure était prévue pour le 8 juillet, mais la direction s'est rétractée.

 

 

 

« Le quotidien de la recherche est semé d'obstacles et l'inversion de paramètres, si évidente sur le papier en termes d'optimisation, risque malheureusement de s'ériger en obstacle supplémentaire pour les lecteurs qui se verront signifier en substance : “vous n'aviez qu'à savoir hier ce que votre recherche vous demande aujourd'hui” », expliquait l'association. 

 

 

Mais à peine sorti de cela, l'ALUBnF évoque un nouveau problème de ‘surbooking', la réforme de la réservation de place en rez-de-jardin.  

Avant le 16 septembre 2013 :

Les lecteurs réservent à distance une place réelle identifiée par un numéro. À leur arrivée sur le site, et une fois passés les différents contrôles, ils s'installent directement à la place réservée.

Après le 16 septembre 2013 :

Les lecteurs réservent à distance, dans la salle de leur choix, un numéro de réservation correspondant à un type de place spécifique (simple, carrel, audiovisuel, etc.). À leur arrivée sur le site, et une fois passés les multiples contrôles et portiques, ils doivent se présenter à la banque de salle pour échanger leur numéro de réservation contre un numéro de place réelle. Il s'agit en fait de l'extension du système existant actuellement à partir de 16h à l'ensemble des horaires d'ouverture.

 

Si l'établissement est confronté à des problèmes dans la réservation des places, qui ne sont finalement pas occupées, la réforme semble ne pas apporter de véritable réponse.  

Les lecteurs comprennent sans peine l'impact négatif de la saturation des places réservables, même si les problèmes aigus rencontrés il y a deux ans leur paraissent très largement résolus. Ils comprennent aussi les dangers pour la conservation d'une manipulation vaine de documents réservés puis non consultés. Toutefois, cette réforme risque d'être contre-productive en développant les allers/retours inutiles de documents vers les magasins par l'augmentation automatique du nombre de réservations non honorées.

En outre, la solution ne peut être de remplacer des files d'attente épisodiques pour quelques lecteurs (à l'entrée du rez-de-jardin) par d'autres files d'attente permanentes pour tous leslecteurs (devant les banques de salle). L'ALUBnF, qui salue et apprécie l'effort de communication réalisé à l'occasion de cette réforme par la BnF, renouvelle ici ses doutes sur l'efficacité pratique de cette mesure et redoute les répercussions de ce nouveau système sur les lecteurs en termes de temps perdu et de nuisances sonores (notamment aux heures où les usagers arrivent en masse, comme le lundi à 14h).

(en savoir plus)

 

Et les personnes désireuses d'adhérer peuvent le faire à cette adresse