L'auteur à succès Daniel Mallory confesse de nombreux mensonges

Camille Cado - 07.02.2019

Edition - International - Dan Mallory trouble - Dan Mallory mensonge - Mallory troubles bipolaires


De la fiction romanesque aux illusions personnelles, la frontière semble bien mince pour l'auteur du best-seller The Woman in the Window (La femme à la fenêtre en français, traduit par Isabelle Maillet, Presses de la Cité). Daniel Mallory, auteur et éditeur américain admet avoir fait croire qu'il avait un cancer, un mensonge qui s'accompagne de bien d'autres affabulations.. 

A.J. Finn (Daniel Mallory) at Natlab
Sebastiaan ter Burg CC BY 2.0
 

« À de nombreuses occasions dans le passé, j'ai déclaré, laissé entendre ou fait croire que j'étais atteint d'une maladie physique au lieu d'une maladie psychologique: le cancer, en particulier. » L'aveu de Dan Mallory surgit dans un article de The New Yorker. Le journal a en effet mené une enquête autour des déclarations de l'écrivain : après s'être entretenu avec plusieurs de ses anciens professeurs, employeurs ou encore collègues, il confond l'écrivain. 

Daniel Mallory est un éditeur et auteur américain qui écrit sous le nom de AJ Finn. Les autres aspects de sa vie semblent être un peu flous, brodés dans un tissu de mensonges. 

Daniel Mallory avait raconté avoir perdu sa mère d’un cancer ainsi que son frère. Si sa mère a bien souffert d’un cancer du sein quand l’écrivain était adolescent, elle est toujours en vie aujourd’hui. Et aucun des frères de l'écrivain n’est décédé.

Daniel Mallory a également déclaré avoir décroché deux doctorats, dont l’un à l’Université Oxford : l’université, elle, a indiqué qu’il n’avait obtenu qu’une maîtrise.
 

Des aveux sur le compte de la bipolarité 


Dans un communiqué envoyé au New Yorker par l’intermédiaire d’une firme de relations publiques, Daniel Mallory, admet avoir menti et confie être atteint de troubles psychiatriques. 

« Au cours de ces périodes sombres, et comme beaucoup de personnes atteintes du trouble bipolaire sévère de type 2, j'ai vécu des dépressions écrasantes, des pensées délirantes, des obsessions morbides et des problèmes de mémoire. Cela a été horrible, notamment parce que, dans ma détresse, j'ai fait, dit ou cru des choses que je n'ai jamais faites, ou que je n'ai même pas crues. Des choses dont, dans la plupart des cas, je ne me souviens même pas. »

Contacté par le magazine américain à la demande de l'auteur, son psychiatre a confirmé que Mallory avait reçu un diagnostic bipolaire de type 2 en 2015. Il a ajouté que la maladie de sa mère était en grande partie source des « plaintes somatiques, peurs, et préoccupations » de son patient. 

Pour l'auteur de 39 ans admettre et reconnaître la maladie sont particulièrement éprouvants. « Pendant 15 ans, même en travaillant avec des psychothérapeutes, j’étais complètement terrifié de ce que les gens pourraient penser s’ils savaient [que j’avais un trouble bipolaire] [...] Dissimuler, semblait être une meilleure alternative ».

Dans l’article du New Yorker, Carrie Bearden, une psychiatre qui n’a pas traité Daniel Mallory, précise qu’un patient souffrant d’un sévère trouble bipolaire de type 2 ne peut mettre « des mensonges chroniques [destinés] à obtenir des avantages secondaires ou de l’attention » sur le compte de sa maladie.

The Woman in the Window fait actuellement l'objet d'une adaptation au cinéma avec à l'affiche Amy Adams, Julianne Moore et Gary Oldman. Réalisé par Joe Wright, le film est annoncé pour le 4 octobre prochain.
 

Via The New YorkerRadio Canada
 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.