L'auteur du Sorceleur s'estime lésé par les développeurs des jeux The Witcher

Antoine Oury - 02.10.2018

Edition - Justice - The Witcher jeu - Sorceleur livres - Andrzej Sapkowski jeu video


L'écrivain Andrzej Sapkowski, auteur de la saga Le Sorceleur, entre autres, se réjouissait, ces dernières années, de l'adaptation de l'univers qu'il avait créé en jeux vidéo. The Witcher 3 : Wild Hunt, sorti en 2015, fut à ce titre un énorme succès : Sapkowski estime que les conditions contractuelles qui le lient avec le studio de développement CD Projekt, ne sont plus aujourd'hui à son avantage, et réclame 14 millions € au studio de jeux vidéo.


Andrzej Sapkowski (Le Sorceleur, The Witcher)
Andrzej Sapkowski (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
 

Précédé, fort logiquement, par deux autres volets, en 2007 et 2011, The Witcher 3 : Wild Hunt fut le grand succès de l'année 2015 dans le domaine des jeux vidéo, et reste une référence dans la catégorie Action/RPG depuis. Moins d'un an après sa sortie, le jeu s'était déjà vendu à 10 millions d'exemplaires, un chiffre d'autant plus honorable que CD Projekt RED, studio de production polonais, était inconnu hors des frontières du pays.

 

Lorsqu'il cède les droits d'adaptation de sa série de livres, au milieu des années 2000, Sapkowski estime qu'un intéressement sur les pourcentages ne vaut pas le coup : « Ils m'ont offert un pourcentage de leurs bénéfices. J'ai dit : “Non, il n'y aura pas de bénéfices — donnez-moi tout mon argent maintenant ! L'intégralité. C'était stupide. J'étais assez stupide pour tout laisser entre leurs mains, car je ne croyais pas à leur succès. Mais qui aurait pu le prévoir ? Je ne le pouvais pas », racontait-il en 2017 à Eurogamer.

 

Un an plus tard, après des négociations qui n'ont semble-t-il pas été fructueuses, les représentants des intérêts d'Andrzej Sapkowski ont fait parvenir au studio CD Projekt RED une demande de règlement de droits d'auteur supplémentaires, liés à l'exploitation des jeux The Witcher.

 

Dans un communiqué, la société indique qu'elle estime « ces demandes infondées, aussi bien quant à leur légitimité qu'en leur montant. La société avait légitimement et légalement acquis les droits d’auteur sur le travail de M. Andrzej Sapkowski, c’est-à-dire dans la mesure nécessaire à son utilisation dans les jeux développés par la Société. Toutes les dettes à payer par la Société en association avec celles-ci ont été correctement acquittées », indique le conseil d'administration de CD Projekt.

 

Selon le document rendu public par la société, Sapkowski réclame 60 millions de zlotys, soit 14 millions €. Les représentants de l'auteur assurent que le contrat passé avec la société ne concernait qu'un jeu, et non une série ou des extensions, et que ces suites sont donc « illégales ».

 

“Si vous avez un auteur en vous, il sortira. Pas comme
un alien, j'espère.” (Andrzej Sapkowski)

 

Difficile de dire quelle sera la conclusion de cette affaire : CD Projekt, dans son communiqué, laisse entendre qu'une issue à l'amiable est envisageable. De toute évidence, le studio ne souhaite pas perdre la précieuse licence qui l'a fait connaitre.

Du côté de Sapkowski, l'auteur pourrait bénéficier de la future directive européenne sur le droit d'auteur, qui prévoit notamment qu'un auteur peut obtenir des droits d'auteur supplémentaire en cas de bénéfices « disproportionnés » réalisés sur l'exploitation de son œuvre. Mais il faudra sans doute plusieurs mois encore, après l'entrée en vigueur de la directive, avant que l'article ne puisse être mis en oeuvre en justice.

Pour rappel, une série The Witcher est prévue sur Netflix, avec Henry Cavill.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.