L'auteur et poète Peter Dickinson est mort

Antoine Oury - 21.12.2015

Edition - Les maisons - Peter Dickinson auteur - James Pibble polars - écrivain britannique


L'auteur Peter Dickinson est décédé le jour de son 88e anniversaire, le 16 décembre 2015, des suites d'une maladie. Né en 1927 en Rhodésie du Nord, l'actuelle Zambie, alors sous protectorat du Royaume-Uni, Peter Dickinson a commencé sa carrière d'écrivain sur le tard, à la fin des années 1960. Ce qui ne l'empêcha pas de signer une cinquantaine de livres, partagés entre polars et ouvrages pour la jeunesse.

 

 

 

Pendant son enfance en Rhodésie, Dickinson évoquait l'influence de « tout Kipling » et de récits chevaleresques comme Ivanhoé ou Les Mines du Roi Salomon, qui font partie de ses lectures favorites. À l'âge de 9 ans, Peter Dickinson découvre l'Angleterre, où sa famille déménage pour la scolarité des enfants. À 24 ans, en 1951, diplôme en poche, il entre au magazine satirique Punch en tant que poète, relecteur et critique, où il écrira pendant 17 ans.

 

En 1968, il publie ses premiers livres, Skin Deep ou The Glass-Sided Ants' Nest, un roman policier qui s'insère dans la série James Pibble, et The Weathermonger, un ouvrage jeunesse qui deviendra une trilogie. Ces premières publications reflètent déjà sa bibliographie, qui s'est développée entre ces deux pôles. Par ailleurs, sa carrière a commencé sous une pluie de récompenses : ses deux premiers polars reçoivent la Crime Writers' Association's Gold Dagger, une première dans l'histoire de l'association des auteurs de polars.

 

En France, plusieurs de ses romans policiers ont été traduits, notamment dans la collection Rivages/Mystère, ainsi que des ouvrages destinés à la jeunesse, chez Gallimard ou Hachette Jeunesse. En 2002, Peter Dickinson recevait le Grand prix de littérature policière pour son livre Retour chez les vivants. Ses livres ont été traduits dans plus d'une cinquantaine de langues dans le monde.

 

(via The Bookseller, Wikipedia)


Pour approfondir

Editeur :
Genre : policier &...
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782743612870

L'Oracle Empoisonne

de Peter Dickinson

On connaît la prédilection de Peter Dickinson pour les ambiances étranges et les lieux hors du commun (telle l'institution pour enfants cathypniques de La mort et son frère). L'oracle empoisonné n'échappe pas à cette règle, car nous voilà dans un émirat arabe, le Q'Kut, où règne non seulement un climat épouvantable mais aussi un monarque épris de culture oxfordienne. Le sultan possède un zoo où il mène en compagnie de Wesley Morris, un éminent zoologue anglais, des expériences d'acquisition du langage sur les chimpanzés : Morris a entrepris d'enseigner à Dinah, une jeune femelle, les rudiments de la grammaire. Ce souverain règne sur deux peuples - ceux du désert et ceux du marais - qui, après s'être longuement combattus, ont signé une paix célébrée chaque année par une fête rituelle. Or l'équilibre de l'émirat est bouleversé par l'atterrissage forcé, sur l'aérodrome du palais, d'un avion détourné par des terroristes palestiniens. Anne, l'unique survivante, acceptera de devenir la favorite du sultan, seul moyen de sauver sa peau. Mais lorsque le sultan est assassiné, la zizanie éclate entre les deux peuples. Le souverain aurait prémédité la vente de leur sous-sol à une compagnie pétrolière. Engagé par le fils du monarque pour préserver la paix, Morris découvrira une sombre machination menant à un véritable génocide. Il confondra le coupable, avec l'aide de Dinah, seul " témoin " du meurtre. L'Oracle empoisonné est une réussite d'originalité : à la fois fable politique, enquête ethnologique et énigme policière rigoureuse, il ne décevra en rien les lecteurs des précédents romans de l'auteur.

J'achète ce livre grand format à €