L'auteur irlandais William Trevor meurt à l'âge de 88 ans

Antoine Oury - 23.11.2016

Edition - International - William Trevor - William Trevor Cet été là - William Trevor mort


L'auteur irlandais William Trevor est décédé le 20 novembre 2016 à l'âge de 88 ans : romancier, nouvelliste, dramaturge et scénariste, il laisse derrière lui une œuvre centrée sur le quotidien des classes populaires des villages d'Irlande et d'Angleterre. Ce grand auteur de nouvelles a reçu nombre de récompenses, dont l'Irish Literature Prize en 2001.

 

Les Enfants de Dynmouth, dernier livre de William Trevor paru en France aux éditions Phébus

 

 

Né William Trevor Cox le 24 mai 1928 à Mitchelstown dans le comté de Cork en Irlande, au sein d'une famille protestante de la classe moyenne, William Trevor mène son cursus scolaire et universitaire à Dublin, avant de quitter l'Irlande pour la Grande-Bretagne en 1952, peu après son mariage. 

 

C'est à l'âge de 30 ans qu'il publie un premier roman, A Standard of Behaviour, qui ne rencontre pas le succès : des années plus tard, Trevor lui-même désavouera le roman, refusant sa réédition. Six ans plus tard, The Old Boys, traduit par Les Statues de sel en 1966 chez Plon (trad. Yvonne de Henseler), lui permet de remporter le Hawthornden Prize for Literature : malgré la faible dotation, l'auteur décide d'exercer son activité à plein temps.

 

William Trevor a signé une dizaine de romans, mais son écriture est particulièrement saluée pour ses nouvelles : « Je suis un auteur de nouvelles qui écrit des romans lorsqu'il ne parvient pas à en faire des nouvelles », s'amusait lui-même l'écrivain. 

 

Les histoires de William Trevor mettaient souvent en scène les classes populaires, voire très populaires, de l'Irlande et de l'Angleterre, dans un quotidien parfois cruel, parfois ennuyeux, parfois surprenant. « Je suis très intéressé par la tristesse du destin, ces choses qui arrivent aux gens », remarquait Trevor.

 

William Trevor a également signé des pièces de théâtre, adaptées de ses romans ou non, et des scénarii, comme celui de The Ballroom of Romance, film de Pat O'Connor d'après sa propre nouvelle, en 1982, ou de Felicia's Journey, film d'Atom Egoyan d'après son roman Le voyage de Felicia, en 1999. En 1993, William Trevor avait publié ses mémoires, Excursions in the real world.

 

Parmi les nombreuses distinctions qu'il reçut, William Trevor fut anobli par la reine d'Angleterre en 2002 pour ses services rendus à la littérature.

 

Il s'était définitivement installé avec sa famille au Sud-Ouest de l'Angleterre, où il réside jusqu'à sa mort. Bien qu'il ait passé une grande partie de sa vie en Angleterre, William Trevor se qualifiait toujours d'« Irlandais jusqu'au bout des veines ».

 

Ci-dessous, l'auteur lisant deux de ses nouvelles, Teresa's Wedding et The Piano Tuner's Wives.

 

 

via Wikipedia, New York Times