L'auteur Joe Konrath en faveur du « fair use »

Xavier S. Thomann - 16.04.2013

Edition - International - Joe Konrath - Fair use - Copyright


Joe Konrath est un auteur américain de polars et de thrillers, entre autres. Il a déclaré, dans un post sur son site internet, son accord pour une diffusion plus libre des oeuvres (des siennes en tout cas), appelant à revoir la notion de copyright telle qu'elle existe aujourd'hui. 

 

Extrait du post de Konrath

 

 

 

Rares sont les auteurs qui connaissent un certain succès à se déclarer en faveur du « fair use », qui revient à laisser aux utilisateurs la possibilité de copier et de prêter une oeuvre une fois qu'ils en ont fait l'acquisition. Tant qu'on le fait sans en tirer un profit financier, l'auteur est d'accord. 

 

Il est très clair sur ce point : « Mes lecteurs devraient avoir la possibilité de faire ce qu'ils veulent avec les oeuvres ». Il est assez lucide sur le sujet : « Une fois que j'ai créé quelque chose, ma création entame une nouvelle vie. Elle existe indépendamment de moi-même ». 

 

En revanche, si vous avez l'intention d'en tirer un profit, il rappelle que les intéressés doivent s'adresser à lui pour lui demander la permission. 

 

Par contre, il est beaucoup moins tendre pour les grands groupes, responsables de l'exploitation des oeuvres. Il tient à rappeler, et ce, dès le début de son billet, que l'oeuvre est avant tout la propriété de son auteur. Les industries du divertissement ne sont pas des « artistes » comme il le rappelle. 

 

Il précise : « Quand j'écris quelque chose, je pense que je dois être le seul autorisé à récolter de l'argent à partir de ce que j'ai écrit ». De plus, « les industries sont faites d'entreprises qui existent pour exploiter l'oeuvre créée par un artiste. »

 

Ce qu'il faut aussi comprendre avec ces déclarations, c'est que l'auteur doit jouer un rôle plus important dans la diffusion de son travail. Il ne dit pas explicitement, mais c'est ce que l'on peut déduire, ce d'autant plus qu'il a déjà fait plusieurs déclarations à ce sujet. 

 

(via Teleread)