L'auteur qui avait révélé l'homosexualité du vice-président du FN condamné

Laurène Bertelle - 02.06.2017

Edition - Justice - Octave Nitkowski condamné - Steeve Briois homosexualité - Front national censure


L'auteur Octave Nitkowski a été condamné ce mercredi à déverser plusieurs milliers d'euros au vice-président du Front National, Steeve Briois. La raison? La mention, dans son livre Le Front National des villes & le Front National des champs, de l'homosexualité de l'homme politique, jugée comme une atteinte à la vie privée.

 



Octave Nitkowski est un jeune auteur qui, en 2013, avait publié un essai sur le parti de Marine Le Pen, intutilé Le Front National des villes & le Front National des champs, aux éditions Jacob Duvernet. Dans cet ouvrage, il révélait notamment l'homosexualité de deux membres du FN, à savoir Steeve Briois, actuel vice-président du parti, et Bruno Bilde. L'auteur considérait en effet que le sujet était justifié car il pouvait à juste titre être mis en relation avec la position du Front National sur le mariage pour tous.


Les deux concernés avaient dès lors saisi l'auteur en justice pour atteinte à la vie privée, et avaient réclamé, sinon l'interdiction du livre, du moins la suppression des passages concernant leur orientation sexuelle, mais seul Bruno Bilde avait finalement obtenu gain de cause. En 2015, Steeve Briois avait perdu face à Octave Nitkowski, auquel il réclamait 30 000 € de dommages et intérêts.
 


Steeve Briois a donc fait appel, et la cour de la justice lui a, ce mercredi 31 mai 2017, donné raison, statuant que la mention de l'homosexualité du vice-président du FN n'était pas « justifiée par l'intérêt légitime du public d'être informé sur l'évolution du parti politique auquel il appartient, ni proportionnée à la gravité de l'atteinte portée à la sphère la plus intime de sa vie privée », rapporte l'AFP. 

 

Le texte de l'ouvrage ne sera pas modifié, mais l'auteur a toutefois été condamné à reverser à Steeve Briois 4 000 € de dommages et intérêts, ainsi que 3 000 € de frais de justice.