Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

L'auteure Kuki Gallmann blessée par balle dans son ranch du Kenya

Nicolas Gary - 23.04.2017

Edition - International - Kuki Gallmann Kenya - sécheresse Kenya éleveurs - bétail Kenya violence


L’auteure du best-seller Je rêvais de l’Afrique (I Dreamed of Africa, traduit par Marianne Véron), Kuki Gallmann a été hospitalisée dans un centre de Nairobi. Elle a été blessée par balle, après une attaque menée dans son ranch au Kenya. Italienne née au Kenya, elle est âgée de 73 ans : aucune précision sur son état de santé n’a été fournie.

 

Kuki Gallmann Kenya blessure attaque balles ranch


 

Avec l’adaptation de son livre, où Kim Basinger incarnait le premier rôle, Kuki Gallmann était devenue une voix forte en Afrique. L’incident est survenu alors qu’elle patrouillait sur ses terres : des éleveurs cherchant un espace de pâturage pour leurs bêtes avaient envahi le ranch. La sécheresse qui aujourd’hui sévit au Kenya fait l’objet de multiples appels internationaux : la moitié du pays est frappée, et un état de catastrophe nationale a été déclaré.

 

Les premiers soupçons pèsent sur la communauté Pokot, dont les membres seraient à l’origine de cette attaque. Par le passé, et à plusieurs reprises, le ranch de l’auteure avait subi ces intrusions. En mars, plusieurs coups de feu avaient été tirés contre Kuki Gallmann et sa fille, toujours de ces éleveurs : ils avaient également brûlé son lodge, que fréquentent avant tout des touristes européens. 

 

Ces fermes privées sont devenues l’objet de raids réguliers : la région de Laikipia, où ils sont situés, s’étend sur près de 1000 kilomètres carrés dans les hauts plateaux centraux du pays. On y retrouve les propriétaires terriens parmi les plus riches du Kenya. La famille Gallmann, qui possède quelque 400 km2 de terrain, emploie 250 personnes. Mais la région est devenue de plus en plus dangereuse du fait de la sécheresse qui contraint les autres éleveurs à chercher des espaces de pâturage. 

 

En mars, un reportage faisait déjà état de la violence qui sévit.

 

 

 

Cette fois, estiment les autorités, l’attaque porterait une dimension de représailles, après que les forces de sécurité ont abattu des têtes de bétail, appartenant aux éleveurs en recherche de terres. 

 

À cela s’ajoute une dimension politique que plus personne ne semble contester : des élections doivent intervenir au mois d’août, et plusieurs politiciens en campagne encouragent les éleveurs à la révolte. Ils sont incités à prendre possession des terres des ranchs, sous prétexte que les baux des propriétaires actuels ont pris fin, et qu’il leur revient de se partager les terres entre éleveurs.

 

À ce titre, le député du nord de Laikipia, Matthew Lempurkel, avait été arrêté début mars, pour avoir incité au meurtre de Tristan Voorspuy, âgé de 61, et propriétaire de ranch lui aussi. Deux de ses cottages avaient été incendiés, contraignant le gouvernement kenyan à envoyer des forces dans la région pour tenter de rétablir l’ordre. Des affrontements s’en sont suivis, entraînant la mort de dizaines d’éleveurs. En outre, des dizaines de milliers de têtes de bétail auraient aussi été tuées.  

 

Queen B, amatrice de poésie : Beyoncé déclame les textes de Warsan Shire
 

Le chef actuel de l’opposition, et ancien Premier ministre, Raila Odinga, assure de son côté que les propriétaires méritent une protection spécifique. « Malheureusement, nous avons observé avec désarroi que les criminels profitent de la sécheresse pour perpétrer ces attaques injustifiées. Il est encore plus déprimant de constater l’impuissance apparente du gouvernement, qui est clairement incapable – ou ne souhait pas mettre un terme à ces violences », explique-t-il à l’AP.  

 

Kuki Gallmann est auteure, mais également poétesse, activiste environnementale et conservationniste — mouvement de protection d’espèces animales et végétales, et de leur environnement naturel.