L'ebook est cher, comme la VHS au début : ça ne marche pas

Clément Solym - 18.08.2009

Edition - Société - ebook - cher - VHS


Si Christine Ferrand de Livres Hebdo l'a redit avec pertinence, le livre numérique souffre aujourd'hui d'un « problème de définition fiscale », qui ne lui permet pas de profiter de la TVA de 5,5 % accordée au livre imprimé, le problème du prix des ebooks s'est fort heureusement posé durant l'émission de France Inter, intitulée, Le livre est mort, vive le e-book... !

Nous reviendrons sur ce titre ultérieurement.

En effet, bref rappel des faits : la loi Lang légifère aujourd'hui sur le prix du livre en instaurant un prix unique, or le livre numérique ne rentrant pas sous cette appellation de livre - mais alors qu'est-ce ? - il est facturé plein pot.

Comme le précise Laurent Picard, il existe aujourd'hui un lobbying des éditeurs qui empêche probablement que le livre numérique soit définitivement classé dans la catégorie fiscale du livre. En outre, il préconise de se tourner vers le gouvernement pour savoir que faire : il aurait été amusant d'entendre la position de Frédéric Mitterrand sur ce point...

Mais pour Jean-Marc Roberts, la réponse est plus simple : si le livre numérique est cher, c'est parce que, comme la VHS au commencement de ce format, ça ne marchait pas. C'est un peu omettre la coexistence de deux formats à cette époque, VHS et Betamax et le fait que personne ne savait sur quel pied danser, ni dans quel lecteur investir.

Or, le format ePub est clairement devenu le standard qui demain - et aujourd'hui déjà - fait force de loi dans le secteur du livre numérique. La question du « ça ne marche pas » ressemble plutôt aux propos de Serge Eyrolles, pour qui le marché du numérique n'existe pas et qui prévoit plutôt de vendre cher pour compenser le manque de ventes...