L'écrivain Jim Harrison, “un géant. Un titan” décédé à 78 ans

Nicolas Gary - 28.03.2016

Edition - International - Jim Harrison - Légendes automne - écrivain Amérique


Légendaire, bourru, affectueux, les qualificatifs ne manquent pas : Jim Harrison est mort à l’âge de 78 ans, laissant aux lecteurs une vision du monde américain. C’est pour Légendes d’automne qu’il restera dans les mémoires – cette histoire qui se déroule dans le Montana, dans les années 1910/1920. Elle raconte la vie de la famille Ludlow, dans un ranch, juste avant que n’éclate la Première Guerre mondiale et que les trois fils ne s'engagent...

 

 

Jim Harrison

 

 

C’est dans son domicile de Patagonie, en Arizona, que Harrison s’est éteint, a assuré un porte-parole de l’éditeur Grove Atlantic. Avec plus d’une trentaine de livres, Jim Harrison fut parfois comparé à Ernest Hemingway, pour la diversité de ses inspirations et de ses centres d’intérêt. Pêcheur, chasseur, à même de savourer la vie dans une cabane, il était aussi porté sur la bouteille, scénariste hollywoodien et copain de Jack Nicholson ainsi que de Sean Connery, Orson Welles ou Warren Beatty. 

 

Avec son look improbable, l’œil gauche balafré, fumeur invétéré, il racontait avec gourmandise qu’en public, on le prenait pour le garde du corps de Nicholson quand les deux hommes sortaient ensemble. 

 

« Sa voix est venue du cœur de l’Amérique et son amour profond et passionné pour les paysages américains parcourt l’ensemble de son extraordinaire œuvre », précise Morgan Entrekin, PDG de Grove Atlantic. 

 

Dans les années 50, il étudiera à l’université du Michigan, mais sera rapidement conquis par la Beat generation : il rencontra à Boston un certain Jack Kerouac, avant de partir pour New York. Mais il reviendra plus conquis, dans son Michigan natal. 

 

En 1979, Harrison fit paraître Legends of the Fall, réunissant trois textes autour de ce ranch du Montana. C’est en même temps l’histoire de la mort lointaine, sur les terres européennes, la relation complexe entre trois fils et leur père, et la folie que l’on emporte avec soi de ce que l’on a vu dans les tranchées. Harrison réalisera le scénario du film de son best-seller.

 

Anthony Bourdain, auteur et proche de Harrison aura cet hommage : 

 

Un géant. Un titan. Un ami. RIP Jim Harrison. Il n’y en aura plus jamais des comme lui. On me dit qu’il est mort un stylo à la main. 

 

 

Son épouse, avec qui il s’était marié en 1959, était morte en octobre dernier.

 

Le vieux Jim (#bookcrossing #bookface à Saint Cyprien, 2013)

Charlotte Henard, CC BY SA 2.0

 

 

Un grand ours patibulaire, mais tellement sympathique

 

Son éditeur français, Patrice Hoffman, évoque sur France Info « le seul auteur à avoir autant écrit sur certains sujets de l’Amérique éternelle, de l’Amérique profonde, des grands espaces. Ses romans sur ses amis, les Indiens, la nature... Je crois que c’est ça qui le passionnait vraiment ». Il parle de la nature bon vivant de l’écrivain, qui cultivait de nombreuses amitiés en France, tant chez ses confrères, que dans le monde de la restauration. « Quand on le rencontrait, on se rendait vite compte que c’était un homme exceptionnel. Un grand ours patibulaire, mais tellement sympathique, tellement chaleureux. »

 

Audrey Azoulay ajoute, dans un communiqué : 

 

J’ai appris avec une grande tristesse le décès de l’écrivain américain Jim Harrison.

Des Légendes d’automne aux Péchés capitaux en passant par Dalva, Jim Harrison aura dessiné le portrait mythique de l’Amérique que nous aimons.

Je veux aussi saluer ses traducteurs, ainsi que ses éditeurs français, notamment Christian Bourgois et Flammarion, qui ont œuvré à le faire connaître des lecteurs francophones.

 

 

À retrouver, la bande-annonce du film inspiré du livre Légendes d’automne. Réalisé en 1994 par Edward Zwick, il comptait quelques super stars telles que Brad Pitt, Anthony Hopkins et Aidan Quinn.

 


Pour approfondir

Editeur : Flammarion
Genre : litterature...
Total pages : 352
Traducteur : brice matthieussent
ISBN : 9782081313095

Péchés capitaux

de Jim Harrison

À la suite de son enquête sur le Grand Maître, l'inspecteur Sunderson, désormais à la retraite, n'aspire qu'à se mettre au vert dans un bungalow du Nord Michigan. Aussitôt installé, il découvre que ses voisins, la famille Ames, sèment la terreur dans toute la région. Les autorités locales avouent leur impuissance face à ce clan qui vit en dehors des lois et commet les crimes les plus crapuleux. Quand une série de meurtres éclate en pleine saison de pêche à la truite, Sunderson est contraint de reprendre du service. Dans Péchés capitaux, Jim Harrison joue ouvertement avec les codes du roman noir et dresse un portrait grinçant de l'Amérique profonde, gangrenée par la violence, où le sexe est plus jouissif et envahissant que jamais.

J'achète ce livre grand format à 21 €

J'achète ce livre numérique à 14.99 €