"Le sentiment qui prédomine est celui de la gratitude" : Oliver Sacks est mort 

Julie Torterolo - 31.08.2015

Edition - International - Oliver Sacks - décès - cancer


L’écrivain et neurologue Oliver Sacks avait révélé au New York Times, en février dernier, être en phase terminale d'un cancer. L’auteur de L’Homme qui prenait sa femme pour un chapeau a été emporté par sa maladie, hier, à l’âge de 82 ans. 

 

oliver_sacks

(Mars Hill Church Seattle, CC BY-NC-ND 2.0)

 

 

Oliver Sacks est décédé ce dimanche à son domicile, à New York. L’écrivain avait annoncé être atteint d’un cancer en phase terminale dans les pages du New York Times. 

 

« Il y a un mois, je pensais être en bonne santé. [...], mais la chance a tourné. Il y a quelques semaines, j'ai appris que les métastases s'étaient multipliées dans mon foie », pouvait-on lire en février dernier dans le quotidien américain. Il y a neuf ans, il avait développé une forme rare de tumeur à l'œil, qui l'avait rendu partiellement aveugle. Il fait « partie des 2 % de malchanceux » chez qui ce type de cancer s'est étendu.

 

En homme optimiste, l’écrivain confiait : « Ce serait mentir d'affirmer que je n'ai pas peur. Mais le sentiment qui prédomine est celui de la gratitude. J'ai aimé et été aimé, on m'a tellement donné, et j'ai donné en retour. [...] Je suis reconnaissant d'avoir pu vivre en bonne santé pendant neuf ans, depuis que le premier diagnostic a été établi. »

 

La notoriété d’Oliver Sacks a débuté dans les années 1970 avec L'Éveil (The Awakening), publié en 1973 aux États-Unis. Cet ouvrage lui a valu le Prix Hawthornden en 1974 ainsi et fut adapté en 1990 au cinéma avec Robin Williams et Robert De Niro. Mais c’est véritablement L’Homme qui prenait sa femme pour un chapeau (Le Seuil, 1992) qui a fait connaître au grand public le neurologue en tant qu’homme de lettres. 

 

Avec humour et une certaine délicatesse, Oliver Sacks décrivait dans ses « contes cliniques » le quotidien de patients atteints de maladies ou de pathologies, des récits qu'il aimait appeler de la «  neurologie romantique ».

 

Chirurgiens, écrivains et experts des médias lui ont rendu hommage ce dimanche sur les réseaux sociaux.(via ENCA

 

 

 

 

 

 


Pour approfondir

Editeur : Points
Genre : neuropsychiatrie
Total pages :
Traducteur : Édith de la héronnière
ISBN : 9782020146302

L'homme qui prenait sa femme pour un chapeau et autres recits cliniques

de Oliver Sacks

Olivier Sacks décrit dans ce livre les affections les plus bizarres, celles qui atteignent un homme non seulement dans son corps, mais dans sa personnalité la plus intime et dans l'image qu'il a de lui-même. Il nous fait pénétrer dans un royaume fantastique, peuplé de créateurs étranges : un marin qui, ayant perdu le sens de la continuité du temps, vit prisonnier d'un instant perpétuel ; une vieille dame qui caricature dans la rue les expressions des passants, jusqu'à les rendre grotesques et terribles ; un homme qui

J'achète ce livre grand format à 14.40 €