L'écrivain suédois Per Olov Enquist meurt à 85 ans

Victor De Sepausy - 26.04.2020

Edition - International - Per Olov Enquist - écrivain Suède décès - Enquist littérature Suède


Prix autrichien de littérature européenne en 2010, l’écrivain suédois Per Olov Enquist est décédé. Né en 1934, est un écrivain de talent. Aussi bien connu comme romancier que journaliste, il reste célèbre pour des titres qui mêlent de façon déconcertante le réel au fictif.

 


Blaues Sofa, CC BY 2.0

 

Peter Olov Enquist compte assurément parmi les plus illustres écrivains suédois qui virent le jour dans cette génération de 1930. Quelque peu éclipsée dans l’esprit du public par l’essor du polar nordique au cours des dernières années, la littérature suédoise peut s’enorgueillir du talent que l’auteur a déployé. Il est mort paisiblement ce 25 avril a indiqué sa veuve Gunilla Thorgren.
 

Dans son ouvrage Cannibale lecteur (Ed. Favre), Pascal Vandenberghe brossait le portrait d’un auteur à l’œuvre protéiforme, avec des activités de romancier, dramaturge, journaliste et scénariste.

« Ses romans sont généralement issus de faits, événements et personnages historiques réels : rattaché au mouvement “documentariste” né en Suède dans les années 1960, il en est l’un des principaux représentants, et est parfois considéré comme “le plus bergmanien des romanciers”. Trois recommandations de lecture : La bibliothèque du capitaine Nemo (1991, trad. Catherine Marcus ; Lena Grumbach), le drame d’un ange déchu, à partir d’un échange malheureux d’enfants à leur naissance, L’extradition des Baltes (1968, trad. Marc de Gouvenain ; Lena Grumbach), qui relate l’expulsion de Suède vers l’URSS, après la Seconde Guerre mondiale, des réfugiés militaires originaires des pays baltes, et Le livre des paraboles (2013, trad. Anne Karila ; Maja Thrane), sorte d’autobiographie sous forme de onze paraboles questionnant la mémoire.  »
 

Immense auteur — littéralement aussi, avec quelque deux mètres —, il fut également athlète de haut niveau.

Biographie de son éditeur Actes Sud : 
 

Per Olov Enquist est né en 1934 à Hjoggböle. Son père meurt lorsqu’il est encore enfant. Il est élevé par sa mère au sein d’une famille où la religion luthérienne dicte des principes d’éducation très stricts. Il entame des études de philosophie, tout en devenant champion de saut en hauteur. De 1955 à 1964, il étudie à l’Université d’Uppsala et consacre sa thèse aux romans policiers de Thornsten Johnsson.

Il publie son premier roman, L’œil de cristal, en 1961. Très vite, le roman documentaire devient sa forme de prédilection, il allie expériences vécues, souvenirs et témoignages. Il écrit aussi bien sur l’enfermement, le rapport père-fils ou le sport.
 

En 1968, il publie L’extradition des Baltes qui raconte la déportation d’un groupe de soldats pendant la Seconde Guerre mondiale. Il utilise alors des articles de presse, des interviews, des lettres et va jusqu’à expérimenter une grève de la faim pour mieux comprendre les conditions de vie de ses personnages.


À partir de 1975, Per Olov Enquist explore d’autres formes littéraires. Il publie sa première pièce de théâtre consacrée à August Strindberg, La nuit des Tribades et Chez nous en 1977 pour le Royal Dramatic Theater de Stockholm. Sous des formes étonnamment variées, le thème récurrent de toute l’œuvre de Per Olov Enquist est celui du déclin catastrophique après une ascension et une période de gloire.


Il s’engage dans le journalisme politique et s’oppose notamment en 1989 à l’Union Européenne pensant que l’entrée de la Suède dans l’Europe entraverait son indépendance dans la mesure où sa voix serait minoritaire.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.