L’éditeur anglais d’un livre sur l'Église de Scientologie menacé de procès

Joséphine Leroy - 04.05.2016

Edition - International - Eglise scientologie livre - Scientologie éditeurprocès - Silvertail Books


L’autobiographie de Ron Miscavige, Ruthless, pourrait faire l’objet d’un procès. L’auteur y relate les années passées dans l’Église de Scientologie. Ce n’est pas tant sur le contenu que le livre est attaqué — ce dernier n’ayant pas fuité pour le moment —, mais plutôt la démarche elle-même. Ron Miscavige est le père de David Miscavige, actuellement à la tête de l’Église de Scientologie. 

 

Grand Opening of the Church of Scientology Washington State in Seattle

(Scientology Media / CC BY-SA 2.0)

 

 

L’ancien rédacteur en chef du journal Village Voice devenu blogueur, Tony Ortega, a publié une lettre envoyée par l’Église. Celle-ci menace Silvertail Books, la maison d’édition britannique, de poursuites. 

 

D’après lui, « la maison d’éditions anglaise Silvertail Books a reçu une lettre du chef de l’Église de Scientology, David Miscavige, qui la menace de poursuites en diffamation s’il publie effectivement le livre de Ron Miscavige, censé sortir la semaine prochaine ».

 

Son éditeur américain aurait reçu la même lettre de menace.

 

Le blogueur donne un extrait de la lettre : « Il n’y aura pas d’autre alternative pour notre client que de se protéger de la diffamation grâce à la loi britannique/irlandaise. À ce stade, nous vous demandons de repenser la procédure […] Sans cela, nous considérerons que cette attaque préméditée et totalement injustifiée porte atteinte à la réputation et au respect de notre client. » Selon la lettre, David Miscavige ne s’est jamais plaint des relations entretenues avec son père. 

 

Pour la maison d’édition Silvertail, pas question de renoncer à la publication du livre. Le directeur de la maison le certifie : « Je n’ai pas changé d’avis depuis la réception de la lettre. […] Je suis à la fois confiant et fier de cette publication. L’histoire de Ron est importante et c’est un homme courageux. Silvertail va publier ce livre le 3 mai. » 

 

Comme prévu.  

 

Ce type de menace revient régulièrement, et fait partie des méthodes que la Scientologie déploie sans hésiter. En janvier 2013, c’est un ouvrage, toujours en Grande-Bretagne, qui était menacé des mêmes procédures. 

 

Lawrence Wright, l’auteur de Going Clear : Scientology, Hollywood, & the Prison of Belief (Knopf), était accusé d’avoir menti de manière éhontée dans son ouvrage, par l’Église. : « Pendant des années, l’église a retenu le plus d’informations possible. C’est pourquoi il y a aussi peu de photographies dans le livre. Ils ont aussi tenu les gens sous silence avec des clauses de non-divulgation et des intimidations », expliquait l’auteur. 

 

C’est que l’organisation religieuse – attention, l’Église sort les crocs si l’on parle de secte... – fait l’objet d’interrogations depuis longtemps. Déjà, un certain William Burroughs, qui avait flirté avec cet organisme, faisait un mea culpa ravageur. Il publiait alors un livre pour raconter sa propre expérience, et combien elle avait été mauvaise...

 

« Compte tenu de ce que mes articles et déclarations sur la Scientologie ont peut-être incité des jeunes à s’engager avec l’Église dite de la Scientologie, je me sens l’obligation de faire le jour sur mes actuelles pensées à son sujet », expliquait-il.

 

via Hollywood Reporter