medias

L'éditeur de J.R.R. Tolkien l'invitait à retirer l'histoire d'amour du Retour du Roi

Antoine Oury - 12.02.2014

Edition - J.R.R. Tolkien - Le Seigneur des Anneaux - Aragorn et Arwen


En 1955, J.R.R. Tolkien s'arrachait les cheveux pour boucler Le Retour du Roi, troisième et dernier livre de son récit épique Le Seigneur des Anneaux. Et les commentaires de son éditeur ne lui facilitaient pas la tâche : le poète Wystan Hugh Auden, mieux connu sous le nom de plume W.H. Auden, l'invitait ainsi à abandonner l'idée d'une romance entre l'elfe Arwen et l'humain Aragorn.

 


 

 

C'est un échange de lettre qui, indirectement, informe de l'avis plutôt mitigé de W.H. Auden sur le flirt entre l'elfe Arwen et l'homme Aragorn, promis au trône du Roi du Gondor. « Auden approuve le volume III dans son ensemble » écrit J.R.R. Tolkien à  Rayner Unwin, le fils de l'éditeur Stanley Unwin, qui avait publié quelques années auparavant Bilbo le Hobbit.

 

Toutefois, il y a un couac : « [I]l pense que Aragorn-Arwen n'est pas nécessaire et superficiel », déplore l'auteur, qui demande conseil auprès de l'homme qui a recommandé la publication de Bilbo à son père. « J'espère que ce dernier fragment de la saga le fera changer d'avis. Je le trouve toujours poignant. J'espère que toi aussi », termine Tolkien.

 

Finalement, la romance fut conservée, et elle devint un des éléments les plus marquants du Seigneur des Anneaux : en effet, Arwen, elfe destinée à l'immortalité, doit renoncer à ce privilège si elle souhaite rester aux côtés d'Aragorn. 

 

Si bien que quelques mois après la sortie de l'ouvrage, Auden écrit un texte sur Le Seigneur des Anneaux dans le New York Times, clairement convaincu par l'ensemble de l'oeuvre : « Les sollicitations auprès du pouvoir de l'écrivain sont énormes, et augmentent tandis que le récit progresse : les batailles doivent devenir plus spectaculaires, les situations plus tendues, et les aventures trépidantes. Mais je ne peux que constater que Tolkien s'est montré à la hauteur sur tous ses aspects. »

 

Au pire, si la romance Arwen-Aragorn s'était trouvée expurgée du Seigneur des Anneaux, Peter Jackson l'aurait probablement ajoutée au scénario de son adaptation de la trilogie, comme il le fit dans Le Hobbit, pour le couple d'elfes Tauriel/Legolas. Ou plutôt un autre couple, lui aussi marqué par quelques différences physiologiques.

 

(via The Guardian)




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.