L'éditeur égyptien d'avant-garde Dar Merit inquiété par la police

Antoine Oury - 24.11.2017

Edition - International - Dar Merit Égypte - Egypte édition - éditeur égypte prison


La maison d'édition Dar Merit est l'une des plus célèbres du Caire, voire d'Égypte : dans les années 1990, elle devient le creuset d'une littérature égyptienne en pleine expansion, et connaît le succès avec la publication de L'Immeuble Yacoubian d'Alaa al-Aswany. Les bureaux de la maison d'édition ont été perquisitionnés par la police le dimanche 19 novembre, et un membre de l'équipe, Mohamed Zein, est retenu en détention provisoire.


 


Dimanche 19 novembre, dans la nuit : la police perquisitionne les bureaux de la maison d'édition Dar Merit, plaçant en détention provisoire un membre de l'équipe, Mohamed Zein, pour possession de livres dépourvus d'ISBN et donc potentiellement interdits sur le territoire. Selon l'avocat Mohamed Eissa, Zein a été entendu dès le lundi suivant pour répondre des accusations portées à son encontre.

 

Le Bureau d'enquête sur les créations artistiques et les droits de propriété intellectuelle, qui dépend du ministère de l'Intérieur, a envoyé ses agents sur place et, 15 minutes plus tard, la police locale est à son tour intervenue dans les locaux de Dar Merit. Le ministère assure avoir trouvé 11 livres dépourvus d'ISBN dans les locaux, mais l'avocat de la maison affirme que la moitié d'entre eux était bel et bien enregistrée, tandis que l'autre, des cadeaux, était destinée à Mohamed Hashem, fondateur et propriétaire de la maison.

 

Créé en 1998, Dar Merit est connue comme une maison d'édition farouchement insoumise vis-à-vis du gouvernement égyptien. En 2011, Hachem avait été pris à parti par le général Adel Emara, membre du Conseil des forces armées, qui avait dénoncé son comportement lors de la révolution égyptienne comme celui d'un traître, l'accusant de « sabotage ». Mohamed Hachem était alors accusé d'avoir distribué des casques et des couvertures aux manifestants.



Mohamed Hachem

 

En 2015, Mohamed Zein avait déjà été arrêté par la police égyptienne, pour les mêmes accusations, auxquelles s'ajoutait la vente d'ouvrages interdits. Au cours de son interrogatoire, Zein avait dû évoquer les opinions et actions politiques du fondateur de la maison. À l'époque, Hashem avait répliqué : « S'ils veulent nous faire peur parce que nous sommes trop bruyants, alors nous allons faire encore plus de bruit. »

 

Les éditions Dar Merit, refuge pour les auteurs égyptiens
de la génération 90


Pour le moment, Mohamed Hashem n'a pas été entendu par la police vis-à-vis de cette nouvelle arrestation.

via Mada Masr