L'éditeur offre un licenciement volontaire aux plus de 55 ans

Clément Solym - 28.01.2009

Edition - Société - éditeur - licenciement - volontaire


Évidemment, l'expression juste est 'départ volontaire', mais pour les employés de HarperCollins, cela ne change pas grand-chose à la donne, puisqu'on leur demande de choisir, au cours de ces prochaines semaines, et dans le cadre des mesures d'économie lancées par la maison depuis quelque temps, s'ils souhaitent ou non rester.

Or, l'éditeur vient justement d'annoncer qu'il proposait des départs volontaires à ses employés, laissant par là même entendre que s'il n'y en avait pas suffisamment, on passerait à la vague des licenciements. De fait, dans ce genre de cas de figure, les intéressés potentiels par le départ volontaire sont également ceux qui pourraient sauter en cas de licenciement.

Histoire de restreindre les recherches, HapreCollins aurait précisé que cette offre n'est adressée qu'aux personnes de plus de 55 ans et qui ont plus de 5 ans dans l'entreprise, explique Publishers MarketPlace.

Erin Crum, porte-parole de la société, précise que la firme n'a jamais eu recours à ce genre de méthodes auparavant, et n'a pour autant pas indiqué plus précisément les postes ciblés par cette mesure. « Nous encourageons les gens à répondre aussi rapidement que possible », avec pour échéance la date du 3 février.

Et quand on lui demande si d'autres mesures sont envisageables, la réponse est simple : « Compte tenu de l'incertitude actuelle, toutes les options pour diminuer nos coûts sont en cours d'examen. »