L'éditeur Penguin a-t-il dérobé le roman d'un auteur nippo-américain ?

Antoine Oury - 10.06.2019

Edition - Les maisons - penguin roman - John Okada penguin - no no boy roman penguin


Le mois de mai a vu la multinationale de l'édition Penguin Random House annoncer la création de nouvelles séries au sein de la collection Penguin Classics. L'objectif, louable, n'est autre que de mettre en avant des écrivains et des textes oubliés, avec un accent sur la diversité. No-No Boy, de l'écrivain nippo-américain John Okada, fait partie de cette série. Mais la nouvelle édition de Penguin est au cœur d'une polémique : l'éditeur se serait approprié le texte, assurant qu'il relève du domaine public, à tort selon ses opposants.

Détail de la couverture de l'édition de No-No Boy par Penguin Classics


La polémique tombe plutôt mal, alors que Penguin Random House comptait sur ces collections pour se poser en défenseur d'une diversité des points de vue. À ce titre, No-No Boy était un excellent choix : ce roman de John Okada, publié en 1957 au Japon par un éditeur anglophone, était passé inaperçu aux États-Unis. Il propose pourtant un autre point de vue sur la Seconde Guerre mondiale et le sort des Japonais, à travers le récit d'Ichiro Yamada, citoyen nippo-américain qui refuse de s'enrôler dans l'armée américaine.

L'annonce de la publication du roman d'Okada n'a toutefois pas ravi son entourage, et notamment ses ayants droit : No-No Boy a été réédité en 1976 aux États-Unis, avec l'autorisation de la veuve de l'auteur disparu en 1971. Dorothy Okada avait donné son accord à Shawn Wong, professeur de lettres à l'université de Washington, pour superviser cette nouvelle édition.

« Cette publication est devenue un succès d'édition », assure aujourd'hui Wong auprès du New York Times, évoquant quelque 157.000 exemplaires vendus. L'édition publiée il y a quelques semaines par Penguin évoque, pour lui, « un outrage moral » envers la volonté des ayants droit de John Okada.

Face aux critiques de Wong et de l'entourage d'Okada, l'éditeur Penguin assure qu'il a géré la publication de No-No Boy « en toute bonne foi » : « Notre intention était seulement de mettre en avant No-No Boy en l'intégrant à la collection Penguin Classics. » Une réponse pour le moins dérisoire.
 

Une édition erronée, non autorisée ?


Une réponse plus juridiquement motivée de l'éditeur Penguin sous-entend que le copyright déposé par la publication de No-No Boy, en 1976, ne couvre que l'introduction à l'œuvre et non l'œuvre elle-même. Une interprétation qui n'a bien sûr pas convaincu les ayants-droit, les responsables et certains lecteurs de cette dernière édition de l'œuvre d'Okada.

« Je suis très déçu par l'appropriation de No-No Boy par Penguin », souligne ainsi l'auteur Viet Thanh Nguyen sur Twitter, ajoutant qu'il continuera de recommander l'édition de l'université de Washington à ses étudiants plutôt que l'édition de Penguin Classics.
 



Sentant la polémique enfler, le groupe Penguin a assuré qu'il réglerait le litige en privé avec la famille d'Okada, sans toutefois préciser si des droits d'auteur sur les ventes de cette nouvelle édition lui seraient versés. « Les éditions universitaires ont fait un très bon travail sur l'édition du livre, nous étions très heureux du résultat, et je ne pense pas qu'une maison d'édition plus importante y change quelque chose », assure Dorothy Okada, la veuve de John Okada.
 
La veuve de l'écrivain n'a pas été informée de l'édition du texte de son époux disparu, et déplore par ailleurs une erreur dans l'édition de Penguin : la préface de l'ouvrage est signée par John Okada, alors qu'elle fait en réalité partie du roman. Une déception, indéniablement, qui vient s'ajouter à l'outrage d'une édition pas vraiment désirée.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.