L'éditeur Taschen pratique la concurrence déloyale à Bruxelles

Clément Solym - 15.12.2008

Edition - Justice - Taschen - éditeur - justice


On se souvient que l'éditeur allemand a récemment ouvert un nouveau magasin en Belgique, à Bruxelles, à quelques pas du petit garçon qui fait pipi. Mais c'est plutôt pour ses éditions de livres d'art que l'éditeur s'est fait remarquer et quitte à profiter de son nouveau commerce, que Philippe Starck lui a conçu, l'éditeur s'est décidé à mettre particulièrement en avant l'une de ses collections, uniquement dans sa boutique.

Ce qui, et on peut les comprendre, n'enchante pas vraiment Cook and Book et Filigranes, deux libraires de la ville qui évaluent les pertes à 200.000 € par an. En empêchant d'autres commerces de proposer ses livres, l'éditeur fait en effet preuve d'une concurrence déloyale, profitant de sa position d'éditeur et de libraire, « une façon de faire » que réprouvent nos deux commerçants.

Et histoire de faire rager l'éditeur, les livres vendus sous son nom, dans leurs boutiques, viennent de connaître une brusque réduction des prix de 30 %, nous informe RTL.be, qui devrait faire assez mal en cette période de fêtes. Car en imaginant que d'autres éditeurs se décident à faire de même, la situation serait alors catastrophique, chacun se réservant une exclusivité sur certains produits et empêchant par la même la libre activité entre boutiques.

On attend avec impatience les suites de cette aventure...