L'édition britannique manquerait cruellement de diversité, selon les auteurs

Clément Solym - 15.07.2015

Edition - International - Kerry Hudson - édition UK - diversité


L'auteure Kerry Hudson, qui a récemment reçu un prix pour son roman Tony Hogan m'a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman (aux éditions Philippe Rey, 2014, traduit par Françoise Lévy-Paoloni), appelle au changement dans le monde de l'édition britannique, qui reste en retard en terme de diversité, selon elle.

 

Library books
(faungg's photos CC BY-ND 2.0)

 

La romancière s'est exprimé lors de l'événement sur la diversité Untold Stories, Undeard Voices (« Histoires inconnues, Voix inaudibles ») à Londres le 9 juillet. Elle a notamment dénoncé l'échec de l'industrie de l'édition à représenter la diversité du pays et appelle à bannir les stages non rémunérés, ainsi qu'à redéfinir les salaires des emplois d'entrée de gamme dans le secteur, afin de « créer une main d’œuvre capable de faire entendre des voix plus diversifiées, et de les rendre plus visibles ».

 

Seuls 11 % des maisons d'éditions britanniques seraient en lien avec des universités autres qu'Oxford pour proposer des emplois aux jeunes. Cela, couplé à une tendance aux stages non rémunérés, fermerait les portes à de nombreux profils, qui n'ont pas les moyens de travailler sans rémunération.

 

« Nous perdons des histoires, au Royaume-Uni. Nous réduisons notre culture littéraire », explique l'auteure, qui se considère de la classe moyenne et queer : « Notre industrie de l'édition perpétue les mêmes erreurs, échoue à refléter l'extraordinaire éventail de communautés du pays, et nous perdons ainsi cette vitalité potentielle, l'exploration sociale et l'innovation dans les livres que nous publions. »

 

Outre les injustices de classe, le manque de diversité raciale serait également très appuyé dans le secteur, comme l'explique l'auteur Nikesh Shukla. Lorsqu'il tentait de faire publier son roman Coconut Unlimited (2010), il explique que les éditeurs « m'ont tous rejeté, car, disaient-ils, mon histoire, qui s'intéressait à trois garçons asiatiques fans de hip-hop, ne s'adressait qu'à un public de niche. Une agente, blanche, m'a dit qu'elle ne trouvait pas les personnages “assez authentiquement asiatiques” [...], qu'ils n'agissaient pas de manière à ce que les lecteurs puissent les identifier comme asiatiques. »

 

Une étude, Writing the Future, traite de ce sujet, et s'intéresse au poids des auteurs noirs et asiatiques dans l'édition britannique. 

 

(via The Guardian)


Pour approfondir

Editeur :
Genre : littÉrature...
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782848763767

Tony Hogan m'a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman

de Kerry Hudson

La phrase d'ouverture donne le ton : la petite Janie Ryan est accueillie dans ce monde par une flopée d'injures lancées par sa mère Iris, en proie aux douleurs de l'accouchement. Projetée au milieu des cris, des fumées de cigarettes, des vapeurs d'alcool, mais aussi de beaucoup d'amour, Janie est la dernière-née d'une famille hautement dysfonctionnelle.

J'achète ce livre grand format à 19 €