L'édition britannique n'accepte toujours pas la classe ouvrière dans ses rangs

Antoine Oury - 25.02.2019

Edition - International - classe ouvriere edition - proletaires edition - edition royaume uni diversite


La question de la diversité au sein de la profession est prise à bras le corps par l'édition britannique depuis quelques mois : si des progrès notables ont été observés au côté de la diversité des orientations sexuelles et de la diversité ethnique, celle des origines sociales reste problématique. Sans surprise, les professionnels issus de la classe ouvrière se sentent freinés dans la progression de leur carrière et moins bien intégrés que des collègues aux origines plus favorisées.

Working class Hero
(photo d'illustration, Olivier .BOUTEN, CC BY-NC-ND 2.0)


1167 professionnels de l'édition britannique ont fourni des réponses à un sondage proposé par la revue professionnelle The Bookseller, axé sur les origines sociales et leur impact sur le quotidien et la carrière des éditeurs du Royaume-Uni. 47 % des répondants à l'enquête ont indiqué faire partie de la classe ouvrière et 78 % d'entre eux estiment que ces origines ont porté préjudice ou en tout cas ralenti leur progression professionnelle.

La revue professionnelle reconnait que l'enquête comporte des biais : la définition de la « classe ouvrière » (working class, en anglais) n'est plus aussi stricte qu'auparavant, et certains répondants ont pu s'y classer par erreur, par exemple en estimant que travailler suffit à se qualifier pour en faire partie, alors que cette définition fait bien sûr référence aux prolétaires et aux catégories les moins favorisées de la population.

À l'inverse, les répondants de l'enquête qui ne se classent pas au sein de la classe ouvrière estiment que leur origine sociale plus avantageuse a eu un effet positif sur leur carrière et leur progression professionnelles. Autrement dit, une sorte de ségrégation implicite persisterait au sein de l'édition britannique.
 

Des marqueurs sociaux qui entrent en jeu


Les éléments portant préjudice aux professionnels issus de la classe ouvrière sont variés : 52 répondants ont ainsi cité leur accent, en évoquant des cas de moqueries ou d'imitation. « L'intention derrière n'était pas mauvaise », précise l'un d'entre eux, « mais a renforcé le sentiment de ne pas être à ma place ». 

Autre caractéristique importante, par ailleurs commune avec l'édition française, la centralisation de l'industrie britannique de l'édition dans la capitale, Londres. Une écrasante majorité (92 %) des répondants issus de la classe ouvrière estiment que cette centralisation a rendu plus difficiles leur formation, leur embauche et la suite de leur carrière dans l'édition.

Qui plus est, cette centralisation obligatoire met de facto de côté les professionnels issus de la classe ouvrière, qui auraient plus de difficulté à se loger à proximité de leur lieu de travail ou à assumer le coût des transports. Et cet éloignement tant géographique que social met en branle un cercle vicieux : les professionnels concernés ne peuvent pas, par exemple, participer à tous les événements professionnels, ou travailler leur cercle de relations en dehors des heures de bureau. Ce qui les éloigne un peu plus.

Le patrimoine et les revenus sont évidemment des marqueurs qui entrent en jeu : « J'ai peu confiance en moi, car je ne peux pas faire ce que d'autres font très facilement », témoigne un répondant. « Tout le monde dans l'édition affiche son argent. » Un éditeur qui s'estime représentant de la classe moyenne indique même avoir pensé à renoncer à sa profession, au vu d'un salaire bien trop court pour se constituer un patrimoine ou acheter une maison en cas d'absence d'héritage ou de patrimoine existant.
Enfin, les répondants qui s'identifient comme membres de la classe ouvrière reprochent le manque d'honnêteté des cadres de l'édition : selon eux, des professionnels d'origine plus favorisée sont parfois préférés à d'autres d'origine modeste « soi-disant parce qu'ils seraient “plus adaptés” pour la maison d'édition ».

Parmi les propositions pour éviter la ségrégation et réduire les barrières à une plus grande diversité sociale, les répondants demandent des salaires d'entrée plus élevés, mais aussi une considération plus importante à l'encontre des stagiaires et apprentis, plus souvent issus de la classe ouvrière, mais généralement laissés sur le côté au moment de la progression professionnelle.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.