Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

L'édition déraisonnable : “Aujourd'hui, on édite des livres pour les détruire”

Antoine Oury - 15.09.2017

Edition - Les maisons - édition écologie - édition livres cout - édition étude BASIC


Ce n'est pas un hasard si le BASIC, Bureau d'Analyse Sociétale pour une Information Citoyenne, a choisi la période de la rentrée littéraire pour dévoiler son étude consacrée à l'impact social et écologique de l'édition, vue par le prisme de la production du livre en tant qu'objet technique. C'est en effet le rythme de la production, la recherche d'économie, mais aussi le système actuel de distribution sur lequel s'appuie l'édition qui sont à l'origine des dégâts pointés par le rapport du BASIC.


Destroyed books
(photo d'illustration, Jewish Women's Archive, CC BY 2.0)
 


Les résultats de l'étude menée par le BASIC sur la production du livre noir (roman grand format et poche, manga) français sont éloquents : l'édition, par son mode de production des livres, coûte 52 millions € par an à la société française et à l'international. Ce coût sociétal a été estimé par le BASIC en calculant ce qu'il faudrait payer pour réparer les dégâts écologiques (liés à la production de la pâte à papier et à la fabrication du papier) et sociaux (occasionnés par la délocalisation et la fragmentation des tâches) causés par l'édition française.

Le chiffre semble disproportionné, mais il s'agit d'une estimation basse, face à une industrie culturelle qui génère environ 70 millions de bénéfices par an, principalement au sein des groupes dominants du secteur, Hachette, Editis et Madrigall, qui publient des milliers de livres par an. C'est cette édition, qui s'est emballée sur un plan productiviste, qu'évoque Gilles Colleu, des éditions Vents d'ailleurs, invité à s'exprimer par le BASIC.

« Les Français achètent moins de livres, alors une partie de l'édition s'est dit qu'il fallait produire plus de livres. En réalité, l'édition se sert de la trésorerie des libraires pour garantir ses revenus : elle a mis en place un système très bien rodé pour distribuer, pas pour éditer », diagnostique-t-il. De plus en plus impliqués dans cette étape méconnue du grand public qu'est la distribution, les grands groupes jouent sur l'approvisionnement des libraires pour conforter leur trésorerie.

Le système des dépôts et des retours d'ouvrages en librairie profite aux sociétés qui publient le plus : la rotation des titres sur les tables est multipliée, d'autant plus que certains groupes pratiquent « l'office sauvage », avec lequel des titres qui n'ont pas été demandés par le libraire lui sont imposés. Le commerçant, s'il veut être approvisionné, doit les accepter. Lorsqu'il récupère ses livres invendus, l'éditeur aura tendance à les détruire directement, « le plus cher étant le stockage des ouvrages, tandis que les coûts d'approche et de reprise sont faibles pour l'éditeur ».

« On estime qu'environ 20 à 25 % de la production sont détruits, mais on atteint les 80 % en période de rentrée littéraire », souligne Gilles Colleu, qui a autrefois géré la production du groupe Actes Sud. Le cercle est vicieux : lors de la phase d'impression, les éditeurs de taille importante ont tendance à gonfler leurs tirages : cela permet de réduire le coût unitaire du livre à la fabrication, et d'éviter une réimpression, plus coûteuse, en cas de succès.

« Finalement, on cherche à payer le prix le plus faible pour un livre que l'on va détruire plus tard. On édite des livres pour les détruire », résume Gilles Colleu, qui s'est lancé dans l'impression numérique avec sa société Yenooa : plus de flexibilité dans le choix des tirages.
 

Une responsabilité sociale et environnementale méconnue


Les éditeurs interrogés par le BASIC ont faire preuve de bonne volonté, assure l'organisation : la plupart ne réalisaient pas que leurs décisions économiques pouvaient avoir de telles conséquences. En cherchant sans cesse la réduction des coûts, l'édition a fini par participer à la délocalisation des emplois du secteur de l'imprimerie : « La montée d'Internet, l'automatisation des tâches, le regroupement des capacités de production ont aussi multiplié les plans sociaux », estime Pierre-Michel Escaffre, de la FCE-CFDT Papier Carton.

L'impression française est particulièrement dévastée, et les reconversions, pour un secteur qui compte 20 % de travailleurs non qualifiés, ne sont pas évidentes. L'innovation, notamment dans le recyclage, et la recherche ne sont pas facilitées par des investissements nécessaires qui s'avèrent très lourds, et qu'il faut amortir sur plusieurs années. Qui plus est, à force de rachats et de fusions-acquisitions, « de grands groupes européens ne mettent parfois rien dans un plan social », se désole Pierre-Michel Escaffre.

Des progrès peuvent être faits pour réduire l'impact sociétal de l'édition, souligne le BASIC. Pour commencer à la source, vérifier l'origine de son papier peut être salutaire : le site Check Your Paper, du WWF, est un outil utile. Les papiers affichant le standard PEFC sont à éviter, souligne Daniel Vallauri, du WWF, et les normes FSC sont à privilégier, car elles prennent à la fois en compte les aspects environnementaux et sociaux de la production de papier.

 

Greenpeace: “Le groupe Résolu détourne l'attention des faits que nous dénonçons”


Pour l'impression, comme l'indique le BASIC, des pratiques plus locales de la part des éditeurs sont évidemment à valoriser, même si la filière française du recyclage de papier doit encore s'améliorer. Le Syndicat national de l'édition, représenté dans la salle par Karen Politis Boublil, précise que l'édition ne représente que 5 à 7 % de l'utilisation du papier en France, mais le BASIC souligne à son tour que cette industrie est celle, parmi les utilisateurs de papier, qui dispose de la marge la plus confortable pour agir.

En effet, comme le souligne Gilles Colleu, « un livre à 24 € coûte 1,10 € à fabriquer : une partie de cette marge pourrait peut-être servir à penser ces enjeux environnementaux »... En bout de course, « 100 % des exemplaires pilonnés sont recyclés », assure encore le SNE, mais ce recyclage les transforme en papier de moindre qualité, étant donnée la qualité de la filière de recyclage française.

Une perte d'autant plus dommageable qu'elle ne permet pas de produire d'autres ouvrages, et d'instaurer ainsi une forme de destruction créatrice...