L'édition française commémore les 30 ans du décès d'Aragon

Clément Solym - 24.12.2012

Edition - Les maisons - Louis Aragon - 30 ans décès - L'Humanité


Le poète résolument engagé Louis Aragon est décédé il y a 30 ans, le 24 décembre 1982. Auteur de recueils de poésie aussi fameux que Les yeux d'Elsa, mais également de romans comme Aurélien ou Le Paysan de Paris, d'essais (Traité du style, L'Homme communiste), il fut également journaliste. Une réserve de textes pratiquement inépuisable, et une vie à raconter, pour de nombreux ouvrages parus ou à paraître en librairie.

 

Une de L'Huma du 24 décembre 1982

 

Il y a d'abord cet imposant volume, qui n'est que le premier d'un duo à venir : Aragon, un destin français, Vol. 1. Le temps des rêves (1897-1939), de Pierre Juquin, publié par La Martinière, sera suivi dès mars 2013 par un second volume, pour la période 40-82, sur 800 pages lui aussi. Un travail de longue haleine, dans la lignée de celui de Pierre Daix, d'après Le Monde.

 

Les éditions Gallimard, dans la prestigieuse Pléiade, ont confié l'édition du Tome V des Oeuvres complètes à Daniel Bougnoux, parce qu'on ne change pas une équipe qui gagne. Enfin... Jusqu'à la soumission du manuscrit de La confusion des genres, signé par Daniel bougnoux lui-même. Dans l'ouvrage, l'auteur décrivait une rencontre cocasse avec le poète, grimé, tentant grossièrement de le séduire. Une petite séance de caviardage plus tard, le livre est un peu plus léger, à la demande de Jean Ristat, exécuteur testamentaire du poète. (voir notre actualitté)

 

Enfin, L'Humanité, où Aragon travailla dans la rubrique faits divers, a réservé plusieurs de ses pages à l'écrivain : d'abord, avec la parution d'un hors-série qui revient sur l'héritage du poète, ses inspirations et aspirations, pour 10 €. Et, ce lundi, dans le quotidien, un entretien avec Pierre Juquin, et les contributions de Jean Ristat, Roland Leroy et Nicolas Mouton. Mais pas de Bougnoux...