L'édition polonaise veut limiter les remises sur les livres

Antoine Oury - 31.07.2013

Edition - Economie - Pologne - prix unique du livre - temporaire


La Polish Chamber of Books (PIK), première association professionnelle du monde de l'édition polonaise, s'inquiète dans son dernier bilan du marché des baisses répétées que ce dernier subit depuis quelques années. Pour y remédier, la PIK propose d'interdire les remises sur les ouvrages pendant un certain laps de temps, voire de revenir sur la hausse de la TVA, en vigueur sur le livre depuis l'année dernière.

 


Krakow - Massolit

Une librairie de Cracovie (leafar, CC BY-SA 2.0)

 

 

Fixée à 5 % alors que le livre en était encore exempté l'année dernière, la taxe sur la valeur ajoutée aurait contribué à la baisse des revenus des éditeurs polonais. Selon les chiffres de la Biblioteka Analiz, les revenus s'élevaient à 2,67 milliards de zlotys polonais, soit 631.905.711 € en 2012. Soit une diminution de 1,5 % par rapport à 2011 (2,74 milliards de zlotys), qui accusait déjà 8 % de baisse en regard des revenus de l'année précédente.

 

Et ce, malgré une hausse du nombre de publications dans le pays, qui s'arrête désormais à 13.410 titres : malgré les bienfaits de 50 Shades of Grey, dans le pays comme ailleurs, sur les ventes de livres, les éditeurs ont tiré la sonnette d'alarme. Et proposé la mise en place de limitations quant aux rabais appliqués sur les livres. Un prix fixe, pour une durée déterminée à l'avance, donc.

 

Reste à savoir si la proposition pourra passer les fourches caudines de la Commission européenne : en introduisant une limitation commerciale, même temporaire, le pays s'exposerait aux représailles de Bruxelles, qui voit d'un mauvais oeil toute influence d'une loi sur le marché libre. Jan Rodzim, propriétaire de la maison Aspra-JR, souligne toutefois que la mesure pourrait s'imposer, notamment si le taux de TVA actuel est maintenu.

 

« Le gouvernement soutient que cette taxe a été exigée par l'Union, mais d'autres pays maintiennent un faible taux sur les livres. Ce coût a été imposé aux Polonais, alors que la lecture publique devrait être la priorité de tous », a-t-il expliqué à Publishing Perspectives. La perspective d'une baisse de la TVA semble plus tenable qu'une législation qui régulerait le commerce de livre : si le prix unique est maintenu en France, c'est principalement parce qu'il fait figure de tradition, à laquelle toute la chaîne du livre est attachée. 

 

Par ailleurs, le piratage est aussi pointé comme une cause des réductions de revenus à répétition : 15 éditeurs de la PIK n'ont ainsi pas hésité à intenter une action collective contre Chomikuj, un des sites d'hébergement les plus importants en Pologne, en demandant à Google de le supprimer de ses résultats. En réponse, le site avait à son tour attaqué le PIK pour diffamation, suite aux accusations de piratage et de partage illégal par la PIK. Une plainte qui a été recalée par le tribunal.