L'Éducation selon Jack Lang : veut-il mettre Darcos à la porte ?

Clément Solym - 29.12.2008

Edition - Société - education - Lang - Darcos


Depuis le temps que l'ancien ministre de l'Éducation nationale Jack Lang tire à boulet non plus rouge, mais bien chauffés à blanc, on en vient à se demander dans quelle mesure il ne cherche pas à décrédibiliser Xavier Darcos et officieusement postuler pour un poste dans un ministère, mettons... celui de l'Éducation nationale, au hasard.

À force de traiter M. Darcos de Terminator qui va tout faire péter, on est en droit de s'interroger. Mais la clémence, c'est aussi son fort, et semblable à Auguste, il avait décrit comme une « première mesure de sagesse » la décision de reporter la réforme du lycée à 2010.

Pour autant, les dernières déclarations de M. Lang tiennent de l'entretien d'embauche, mêlé à un soupçon de lettre de motivation. En effet, interrogé sur France Inter, le député du Pas-de-Calais l'a affirmé bien haut, et ce, en dépit des prévisions météo : « Janvier sera chaud si des mesures d'envergure ne sont pas prises », considérant la nécessité d'« un plan d'envergure. » Caliente, caliente...

Réclamant que la suppression des Rased autant que celles des 13.500 postes d'enseignants soit annulée, M. Lang souhaite « rouvrir le plan sur l'école, qui aujourd'hui se traduit par des résultats catastrophiques sur le terrain ». Mieux, il envisagerait, bien loin des non-remplacements de poste, d'ouvrir 20 % de places en plus pour le Capes et l'agrégation. Mais pas un mot sur les réformes qui touchent ces mêmes concours. Étrange.

Pour coller à la réalité des classes, M. Lang estime nécessaire de « rétablir la formation professionnelle des maîtres » et pour ce faire, envisagerait volontiers « un fonds d'investissement » qui permettrait aux collectivités dans le besoin de rénover les établissements décrépits.

On vous rappelle si le poste se libère ?