L'effet Brésil : la coupe du monde pousse aux achats de livres

Clément Solym - 13.07.2014

Edition - Economie - ventes livres football - millions exemplaires - coupe monde brésil


Le cabinet d'analyse GfK prend un certain biais sur cette Coupe du monde de Football, en annonçant que plus d'un million de livres touchant au ballon rond ont été vendus au cours du premier semestre, soit un chiffre d'affaires de 8 millions d'euros. Et l'étude aurait plutôt tendance à s'en féliciter. 

 

 

Vue de notre place...

sophie_pr, CC BY 2.0

 

 

Pierre Desproges détestait le football, on s'en souvient : « Voici bientôt quatre longues semaines que les gens normaux, j'entends les gens issus de la norme, avec deux bras et deux jambes pour signifier qu'ils existent, subissent à longueur d'antenne les dégradantes contorsions manchotes des hordes encaleçonnées sudoripares qui se disputent sur le gazon l'honneur minuscule d'être champions de la balle au pied. Voilà bien la différence entre le singe et le footballeur. Le premier a trop de mains ou pas assez de pieds pour s'abaisser à jouer au football. » (Chroniques de la haine ordinaire, Seuil)

 

Ainsi parlait l'humoriste en juin 1986, et trente ans plus tard, il n'a toujours pas tort. Qui sait ce que Pierre aurait alors pu dire de l'étude GfK. Selon elle, livres de sport et documentaires jeunesse ont été particulièrement prisés, de même que les albums de stickers et cartes à collectionner, avec une croissance de « 860 000 exemplaires écoulés pour un chiffre d'affaires de 6,5 millions d'euros ». Et pour Benoît Coste, consultant livres pour GfK :  « Les mois post-Coupe du Monde restent déterminants pour les éditeurs, car 40 % de ventes additionnelles sont générés sur les mois de juillet et août. »

 

L'investissement des éditeurs est primordial dans cette période, pour qui la thématique devient une manne. « Parmi les meilleures ventes, des titres expliquant les règles du jeu, les maillots et les équipes aux enfants, des quizz et des kits de supporters sous la forme de livres d'activités, d'albums et de livres pop-ups », assure l'étude. Pour leur part, les documentaires jeunesse représentent 30.000 ventes.

 

La bande dessinée n'est pas de reste, avec des héros footballeurs, bien entendu : le secteur a généré 1,4 million € pour 210.000 exemplaires en 2010 et 2014.  Si Foot 2 Rue, les Foot-Maniacs et les Foot Furieux ont été les licences fortes des précédentes Coupes du Monde, Inazuma Eleven, issu de l'univers jeux vidéo et partenaire du Mondial 2014, prend la première place du podium avec près de 70 000 ventes et poursuit son dynamisme depuis sa déclinaison sur le marché du livre en 2013 », poursuit Benoît Coste.

 

Et le cabinet s'attend à ce que, pour l'année 2015, Shaun, le mouton qui sera la mascotte officielle de la coupe du monde de rugby fasse non seulement l'objet de nouvelles publications, mais également d'un certain engouement. Bien entendu, les grands héros de la littérature jeunesse savent troquer leurs vêtements pour chausser les crampons et s'adapter aux tendances : Monsieur Madame Géronimo Stilton, Max et Lili ou Dora se sont ainsi mis aux couleurs brésililennes durant la période.

 

Gageons que peu de supporters partis au Brésil se sont chargés de lecture pour patienter entre deux matchs.