medias

L’Empire de l’or rouge, enquête sur l'industrie de la tomate, censuré en Italie

Antoine Oury - 18.09.2018

Edition - International - Empire or rouge - enquete tomate italie - Jean-Baptiste Malet livre


Paru il y a quelques mois en Italie, le livre L'Empire de l'or rouge, de Jean-Baptiste Malet, raconte, à travers l'industrie de la tomate et de ses dérivés, une histoire du capitalisme et de la mondialisation. L'éditeur italien Piemme, propriété du groupe Mondadori, présentait Rosso Marcio comme une enquête-choc, encore plus dans un pays où la tomate est une institution. Ce même éditeur vient pourtant de retirer le livre de son catalogue, face aux pressions d'une puissante société du secteur, Giaguaro.


Détail de la couverture du livre de Jean-Baptiste Malet, Rosso Marcio, chez Piemme



Publié en France en mai 2017 par Fayard, L'Empire de l'or rouge, nouvelle enquête de Jean-Baptiste Malet après En Amazonie, avait considérablement retenu l'attention. L'auteur y décrivait le système capitaliste mis en place autour du commerce de la tomate et de ses dérivés, des supermarchés français aux usines chinoises en passant par les sociétés italiennes.

 

Traders, cueilleurs, entrepreneurs, paysans, généticiens, fabricants de machines, ou encore un général chinois se croisent dans ce livre, qui contient son lot de révélations, parfois choquantes, sur le circuit de la tomate et, plus généralement, sur l'alimentation industrialisée.

 

Rosso Marcio, la traduction du livre de Jean-Baptiste Malet, réalisée par Maria Moresco pour l'éditeur Piemme, était donc très attendue. Mais, quelques mois après sa parution, l'auteur a eu la surprise d'apprendre que le livre se retrouvait éjecté du catalogue, après un accord entre Piemme, son éditeur, et Giaguaro, une société active dans l'industrie de la tomate et de l'alimentation en conserve.

 

« Giaguaro, importateur majeur de concentré chinois, a déposé une plainte en Italie il y a quelques mois. L’entreprise, qui approvisionnait Carrefour à la parution de mon livre en mai 2017, me reprochait de nuire à son image en France et de lui avoir causé une baisse de ses exportations de plusieurs millions d’euros. La seule faille trouvée dans mon texte justifiant la poursuite : ne pas avoir précisé que la société avait été innocentée suite à une perquisition spectaculaire évoquée dans le livre – la saisie par les carabiniers de 1500 barils de concentré chinois pourri grouillant de larves et de vers », nous explique Jean-Baptiste Malet.

 

Si la société de Salerne (région de la Campanie) a bien été disculpée dans le cadre de cette dernière affaire – Giaguaro a plaidé qu’il s’agissait de vieux stocks de concentré destinés à la destruction –, Jean-Baptiste Malet en aborde d'autres, « incontestables, notamment le fait que Giaguaro a acheté de fausses analyses à un laboratoire véreux lié à la criminalité organisée » basé à Sant’Egigio del Monte Albino, cité par une enquête policière italienne sur la base d’écoutes téléphoniques.

 

« Un cas de censure pure et simple », selon l'auteur
 

Après le dépôt de plainte, l'avocat du groupe Mondadori avait contacté Jean-Baptiste Malet pour lui suggérer la possibilité de ne plus citer Giaguaro, en s’engageant contractuellement à se taire. Proposition que l'auteur a balayée : « Si j'écris une enquête sur le secteur, ce n'est pas pour me coucher devant une entreprise », souligne-t-il. « À partir de ce moment, je n'ai plus été informé des échanges, ce que je trouve extrêmement déplacé de la part du groupe Mondadori. »

 


Aujourd'hui, l'auteur est devant le fait accompli : son livre n'est plus dans le catalogue de Piemme. « Un accord a visiblement été trouvé entre Mondadori et Giaguaro, et, je le suppose, la plainte retirée. J’aurais préféré défendre mon livre devant la justice italienne car mon enquête ne contient aucune erreur factuelle. Elle n’a d’ailleurs pas été attaquée par Giaguaro en France. »
 

L'accord est d'autant plus choquant, pour l'auteur, que son intention n'était pas de s'attaquer à une société en particulier, dans son enquête, mais de décrire de grands flux mondiaux du concentré de tomates. « Il s'agit clairement de tentatives d'intimidation, que les journalistes italiens subissent au quotidien. Ce qui est sûr, de mon côté, c'est que je me battrai pour que ce livre soit diffusé en Italie. »

 

Peut-on parler de censure en
France en l’an 2018 ?


Giaguaro n'en est pas à son coup d'essai pour contester les informations de l'enquête de Jean-Baptiste Malet : en mai 2018, après la diffusion de l'émission « L'angle éco » par France 2, la société avait fait parvenir un courrier à France Télévisions, pour contester des informations qu'elle jugeait « à charge ». Le groupe avait tenu bon, contrairement à l'éditeur italien... 

Nous avons tenté de joindre Giaguaro ainsi que l'éditeur italien Piemme dans le cadre de l'écriture de cet article, sans succès pour le moment. 

L'Empire de l'or rouge sera publié au format poche par J'ai lu le 10 octobre prochain, et a déjà été traduit au Japon (éditions Ohta), en Espagne (éditions Peninsula) et en Allemagne (éditions Eichborn), et le sera bientôt en Slovénie et à Taïwan. Il fait partie de la sélection du Prix Albert Londres 2018.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.