Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

L'Enfant maudit : au mieux, une fan fiction, au pire, un faux Harry Potter

Cécile Mazin - 01.08.2016

Edition - International - Rowling Cursed child - Harry Potter théâtre - L'Enfant maudit


Le problème avec les idoles, c’est qu’elles deviennent intouchables. Et alors qu’un livre sort avec Harry Potter et JK Rowling sur la couverture, les esprits s’enflamment. Des dizaines d’internautes sur les réseaux – bientôt des centaines et des milliers ? – s’empoignent, pour savoir si The Cursed Child est vraiment un tome que l’on peut compter comme faisant partie de la série. Et les théories divergent vraiment...

 

 

 

 

La sortie du 31 juillet a provoqué un ras de marée, et les révélations n’en sont pas moins au rendez-vous. Attention les yeux, la pièce de théâtre – The Cursed Child n’est pas un roman – fait des révélations sidérantes. 

 

*SPOILER*

 

Le scénario amène en effet les lecteurs à découvrir une certaine Delphi Diggory, qui va rencontrer le jeune Albus Potter, fils d’Harry. Elle lui fera croire qu’elle n’est autre que la nièce d’Amos Diggory et du cousin Cedric Diggory.

 

Sauf qu’au troisième acte, on apprend que Delphi n’est autre que la fille de Voldemort et de Bellatrix Lestrange. Voilà qui n’a pas vraiment plu aux lecteurs voraces.

 

Sauf que Voldemort a toujours été dégoûté par la relation physique, et l’union de deux corps. Gloups : il y aurait comme un souci ?

 

*SPOILER ENDS*

 

D’autres rebondissements attendent les fans, qui à mesure de la lecture ont eu des sueurs froides : on leur avait volé un morceau d’Harry Potter. Cette histoire qui se déroule près de 20 ans plus tard apporte des révélations pas vraiment de leur goût. Et hop, soudainement le mot magique débarque : de la fan fiction. 

 

Tout ceci ne saurait être réel : il s’agit en réalité d’un texte écrit sur le modèle des fans-fictions, et certainement pas d’un ouvrage à porter à la liste des ouvrages officiels. 

 

 

 

 

Tout cela n’aurait été que passager, si les commentaires n’avaient pas continué à pleuvoir. Et les sanctions de tomber : désormais, on ne parle même plus de fan-fiction. Certains internautes refusent catégoriquement que le tome 8, The Cursed Child, figure au rang des ouvrages Harry Potter officiels. 

 

 

 

Le fait que Rowling ait collaboré avec Jack Thorne et John Tiffany pose déjà un vrai problème. On ignore à qui l’on doit quoi, et ce qui, dans l’histoire, relève strictement de la plume de Rowling. L’idée même que Voldemort puisse avoir une relation sexuelle [voir spoiler plus haut] semble entrer en contradiction totale avec les précédents ouvrages, officiels, et surtout, la psychologie du personnage...

 

Pour certains, c’est comme si l’on avait compilé tous les scénarii possibles, pour en faire un tome, 20 ans plus tard, sorte de mauvais sequel... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Évidemment, certains partent à la défense de leur auteure, et entendent bien que The Cursed Child soit respecté, parce qu’il porte le nom de la romancière. Sauf que la cause semble passablement difficile : 

 

 

 

    

 

Pendant ce temps, JK semble jubiler, profiter du lancement du livre et surtout, assurer qu’il n’y aura pas de nouvelle suite à Harry Potter, que ses aventures sont bel et bien finies. « Suis-je la seule qui essaie de se convaincre d’aimer ce livre, mais qui trouve ça incroyablement difficile ? », s’interroge une lectrice. Manifestement non...