L'engagement de JK Rowling pour les faux orphelins, abandonnés

Cécile Mazin - 11.11.2014

Edition - International - orphelinat Rowling - abandonner enfants - pauvreté parents


Ils seraient aujourd'hui huit millions d'enfants à travers le monde placés à tort dans des orphelinats. JK Rowling demande que l'on prenne des mesures pour résoudre cet état de fait. En cause, l'institutionnalisation systématique des enfants, alors que le problème est bien souvent que leurs parents existent, mais ne disposent pas des ressources nécessaires pour les faire vivre.

 

Beautiful Orphan

James Souhtorn, CC BY 2.0

 

 

Selon l'organisation Lumos, société caritative qu'a fondée JK Rowling, il y aurait donc près de huit millions d'enfants placés dans des orphelinats, partout dans le monde. « Mais c'est un problème que nous pouvons résoudre. Je crois que chacun d'entre nous souhaite contribuer à donner aux prochaines générations, le meilleur départ possible dans la vie », explique la romancière.

 

En attendant, ces millions d'enfants sont pris au piège des orphelinats – 80 % des enfants placés en institution, selon les chiffres avancés par le rapport de Lumos. Avec un soutien approprié, ces enfants pourraient retrouver leur famille, assure Georgette Mulheir, directrice de Lumos, considérant que ces institutions fonctionnent sur une routine où elles ne font plus attention au cas de chacun.

 

« Dans les établissements pauvres traditionnels, les enfants peuvent ne pas trouver de quoi s'asseoir, ni se tenir debout, ou parler et marcher, à l'âge de quatre ans. L'absence de contact physique ou émotionnel qui en résulte, la stimulation et l'interaction qui manquent, conduisent à une altération significative du développement du cerveau chez les enfants placés dans ces institutions », poursuit l'organisme. 

 

Au sortir de ces organismes, les enfants seraient 10 fois plus susceptibles d'être engagés dans la prostitution, 40 fois plus à même d'avoir un casier judiciaire et 500 fois plus à risque, en matière de suicide. The Global Picture of Children in Institutions a pour sa part démontré que sur les 800.000 enfants placés en orphelinat, en Russie, 95 % d'entre eux avaient des parents en vie. Et ces statistiques se retrouvent dans nombre d'autres pays.

 

Si la pauvreté des familles est un facteur majeur, les enfants atteints de handicaps sont également plus sujets à être abandonnés à ces institutions. Mulheir a également conscience que le message véhiculé peut être difficile à encaisser pour les personnes qui y travaillent, souvent avec une grande dose de bénévolat. « Cependant, dans notre idée, tout simplement, il existe une meilleure idée. »

 

Pour ce faire, l'organisme souhaite recueillir des dons. À faire sur Lumos.