L'enseigne Cultura critiquée pour son utilisation de l'écriture inclusive

Antoine Oury - 04.08.2020

Edition - Librairies - ecriture inclusive - cultura ecriture inclusive - cultura boycott


L'écriture inclusive fait partie des sujets clivants, et l'enseigne Cultura vient d'en faire la douloureuse expérience. La chaine spécialisée dans la culture et les loisirs créatifs fait face à la menace d'un boycott pour avoir utilisé l'écriture inclusive dans un email envoyé à ses clients...

Magasin Cultura (La Défense)


L'usage de l'écriture inclusive reste une opération à haut risque : le 3 août au matin, sur le réseau social Twitter, l'enseigne Cultura répond à une internaute agacée d'avoir reçu un mail utilisant l'écriture inclusive. Celle-ci s'attache à faire apparaitre les différentes marques d'accord au féminin, pour s'adresser de manière plus correcte aux personnes susceptibles de lire le message. L'écriture inclusive constituerait aussi une réponse à une grammaire et des règles particulièrement orientées dans leur conception.

Ainsi, le message de Cultura aurait pu être adressé à un·e lecteur·trice, selon la présentation proposée par l'écriture inclusive. L'utilisation de cette écriture « semble un comble pour un libraire » à l'internaute, selon son message posté sur Twitter. Dans sa réponse, l'enseigne indique que « l'écriture inclusive est née de la volonté de faire changer les mentalités sur l'égalité homme/femme par le langage ».

« Si cela est un soucis (sic) pour vous, nous ne vous retenons pas », termine le message de l'enseigne, posté sur le réseau social en réponse à l'internaute. Depuis, cette réponse a été supprimée.
 


Or, ce texte a lancé une opération, derrière un hashtag très actif sur Twitter, #BoycottCultura. Des internautes appellent à ne plus se rendre dans les boutiques de l'enseigne pour sanctionner tantôt son usage de l'écriture inclusive, tantôt la réponse envoyée à l'internaute.

Contactée par ActuaLitté, l'enseigne ne souhaite pas communiquer « face à l'appel au boycott et aux vives réactions auxquelles nous sommes confrontés (harcèlement de nos collaborateurs en charge des réseaux sociaux, menaces de mort, etc.) ».
 
Évoquant le tweet supprimé de son compte, l'enseigne évoque « une maladresse » et assure que des « mesures nécessaires en interne » ont été prises.

L'écriture inclusive enflamme rapidement les passions : l'administration publique l'a bannie de ses communications, quand l'Académie française la qualifie de « danger mortel ». Récemment, un groupe de parlementaires français a déposé un projet de loi pour interdire l'usage de l'écriture inclusive dès qu'une subvention publique est en jeu. 

Photographie : illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0


Commentaires
Je ne comprends pas où Lylou veut en venir avec cette question de paresse car le sujet est bien l'écriture inclusive ?

Et quel rapport avec les règles d'accords d'il y a quelques siècles ?

Bizarre et incompréhensible, désolé...

Pour être de bon compte, les exemples repris par Lylou me paraissent défendables...séparément.

Mais gare à la confusion ou le conflit majorité-proximité, Lylou !

Cinq hommes et deux femmes sont arrivés (majorité) ou arrivées (proximité): on écrit comment ?

Ou comment compliquer abusivement en voulant soi-disant simplifier !

Et tout cela est éloigné de l'écriture inclusive.

CHRISTIAN NAUWELAERS
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.