L'entrepreneur qui reçut un livre inespéré de Stephen King

Clément Solym - 03.10.2012

Edition - International - Charles Ardai - Hard Case Crime - The Colorado Kid


Qui ne tente rien n'a rien, selon l'adage, mais qui tente sa chance au petit bonheur n'imagine pas toujours quels fruits récoltera son entreprise. Une anecdote rapportée par Quartz évoque un heureux succès ayant récompensé l'audace de Charles Ardai. L'entrepreneur, fondateur des éditions Hard Case Crime, avait sollicité l'icône du roman de science-fiction et d'horreur Stephen King avec l'espoir d'obtenir de sa part une note publicitaire pour sa maison... et l'écrivain lui a finalement donné un livre à publier.

 

 

Déjà lorsqu'il était âgé de 15 ans, le natif de New York avait démontré son penchant pour les chemins de traverse. Désireux de faire l'interview d'Isaac Asimov, au sujet d'un jeu vidéo inspiré par son livre Robots of Dawn, Charles Ardai avait décroché son téléphone et contacté l'éditeur de l'écrivain.

 

Comme les employés de Doubleday n'étaient pas prêts à livrer le numéro de l'auteur à n'importe qui, le garçon avait argué qu'il avait déjà obtenu les coordonnées de la part du romancier, mais que celles-ci étaient illisibles. Ainsi, ce fut par un véritable coup de bluff que le gamin est devenu le protégé d'Isaac Asimov.

 

Des années plus tard, à la tête des éditions Hard Case Crime, l'entrepreneur s'est spécialisé dans la publication de romans noirs. Les titres de l'éditeur s'inscrivent dans la veine des oeuvres ayant marqué le genre dans les années 1940 et 1950.

 

Désireux d'obtenir un message publicitaire signé de la plume de Stephen King, dans le but de capter l'attention du public, Charles Ardai renoua alors avec les techniques d'approches détournées. L'éditeur a confié son histoire :

J'avais peut-être pensé que tous ceux qui voulaient contacter Stephen King passaient par son agent littéraire et j'ai voulu être différent, et possiblement avoir plus de chance de succès. Quoi qu'il en soit, je suis allé au bureau de son comptable avec un paquet et j'ai dit : " pouvez-vous passer ça à Stephen King ? Je vous serai très reconnaissant si vous le faites, et je pense qu'il devrait l'apprécier ". A l'intérieur se trouvaient des échantillons de ce à quoi allait ressembler les livres et une description du projet avec une requête comme quoi s'il appréciait celui-ci il pourrait éventuellement considérer d'écrire une note publicitaire pour nous. Cela aurait pu être quatre mots - " Ces gars connaissent la pulp " Peu importe.

 

5 mois plus tard, c'est l'agent littéraire Chuck Verrill qui a contacté Charles Ardai. Après avoir rapporté à l'intéressé que Stephen King déclinait la proposition, le représentant de l'écrivain a contre toute attente annoncé que le romancier préférait lui écrire un livre.

 

C'est ainsi que The Colorado Kid a fait son entrée au sein de la série imprimée par Hard Case Crime, en 2005.