medias

L'Espagne retrouve le Codex Calixtinus qu'on lui avait volé

Clément Solym - 06.07.2012

Edition - International - Espagne - Codex Calixtinus - voler


L'ouvrage avait été volé à la cathédrale Saint-Jacques-de-Compostelle en Espagne, l'année passée, au mois de juillet. Et le devenir du Codex Calixtinus, ouvrage daté du XIIe siècle, réunissant sermons, passages liturgiques, inquiétait évidemment. Reposant alors dans un coffre-fort, à Camino de Santiago, il était la récompense pour ceux qui parvenaient à accomplir le pèlerinage ancien…

 

 

 

 

Le manuscrit, illustré, datait de 1140 et servait, en quelque sorte, de tout premier guide de voyage pour l'Europe. Des voleurs professionnels s'en étaient emparés, probablement le dimanche après-midi, en l'arrachant au coffre situé dans les archives de la cathédrale. Et ce n'est que mardi que le doyen s'est aperçu de sa disparition. Plusieurs heures durant, les religieux se sont lancés à sa recherche, avant de se décider à contacter la police. (voir notre actualitté)

 

Mais tout est bien qui finira bien. Le Codex a été retrouvé mercredi, presque un an jour pour jour après son vol, alors que la police espagnole se rendait dans une ancienne église découvrant que le gardien, sa femme et leur fils, ainsi qu'une autre femme, étaient impliqués tous les quatre dans ce crime. 

 

Et c'est un véritable trésor de guerre que les intéressés avaient amassé : huit ouvrages anciens, en comptant le Codex, qu'ils avaient dissimulés dans un garage et des entrepôts de stockage. Cependant, l'affaire n'est pas aussi simple : en effet, l'un des suspects, le jeune fils, était électricien et gardien, et occupait le convoitable poste d'homme à tout faire dans la cathédrale où était entreposé le Codex. Il poursuivait, à l'époque des faits, l'établissement, pour licenciement abusif. 

 

Il réclamait alors 40.000 € aux titres d'indemnités. Ce qui avait été le vol du siècle, n'ouvrira cependant pas droit aux indemnités de licenciement, alors que l'ensemble des textes retrouvés par les autorités est estimé à près de 1,2 million €. Tous les livres avaient été dérobés à la cathédrale, souligne d'ailleurs la police.  

 

Interrogé par la radio espagnole,  Ignacio Cosido, chef de la police souligne que "l'objectif était de retrouver le Codex", et que cet objectif accompli, tout allait rentrer dans l'ordre. Manière de parler. La cathédrale, lieu de sépulture pour St Jacques le Majeur, l'un des douze apôtres du Christ, retrouvera donc le livre.

 

Un juste retour des choses, puisque l'ouvrage raconte comment les reliques de l'apôtre, parti prêcher la bonne parole - et s'empiffrer de tapas - en Espagne, ont été transférées vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Et c'est alors que le fameux trajet, et les différents détails de la route qui y mène, furent consignés, avant de devenir une randonnée touristique de première classe.  

 

On pourra aussi se rincer l'oeil sur la version numérisée du Codex, à cette adresse.

http://www.codexcalixtinusfacsimil.com/2011/09/deluxe-facsimile-edition.html

 

 

http://www.cbc.ca/news/arts/story/2012/07/04/codex-recovered.html

 

http://www.guardian.co.uk/world/2012/jul/04/four-arrested-spain-codex-calixtinus