L'État accorde 82 millions € à la filière livre – loin des 500 millions demandés

Clément Solym - 09.06.2020

Edition - Economie - Franck Riester édition - industrie filière livre - Bruno Maire édition


Ce sont 82 millions € que la filière livre recevra des services de Bercy et de la Rue de Valois, annoncent conjointement Bruno Le Maire et Franck Riester. Le fameux plan de soutien à la filière livre vient d’être dévoilé et comporte quatre volets. Un cinquième intervient également : celui des frais de port, que les ministères promettent de prendre en compte.


 

« Ce plan permet d’accompagner les libraires, les éditeurs et les auteurs dans cette période très compliquée. Il a également vocation à compléter, de manière ciblée, les dispositifs massifs mis en place par le Gouvernement depuis le début de la crise », indique Bruno Le Maire dans un communiqué. 
 

Le gouvernement tient à rappeler que son soutien à la filière a déjà consisté en un apport de 230 millions € à travers différents types d’interventions.

Franck Riester ajoute : « Ces nouvelles mesures ont deux objectifs principaux : en premier lieu, soutenir les librairies indépendantes, réseau dense de professionnels, qui sont le poumon économique de la chaine du livre. Ensuite, accompagner les maisons d’édition qui sont les garantes de la vitalité et de la diversité éditoriale française. »

Les mesures sont les suivantes : 

1.      Un fonds de soutien d’un montant de 25 millions d’euros sera mis en place au niveau du Centre national du Livre (CNL), en lien avec les Directions régionales des affaires culturelles (DRAC), pour permettre aux librairies indépendantes de faire face à leurs difficultés financières. Il sera proposé aux collectivités territoriales et aux associations professionnelles d’abonder ce fonds afin de favoriser la création d’un guichet unique à destination des libraires. Les conditions d’attribution de ces subventions seront fixées prochainement par le CNL et les partenaires invités à participer à ce fond, en lien avec les professionnels.

2.      Un fonds de soutien d’un montant de 5 millions d’euros sera mis en place au niveau du CNL, en lien avec les DRAC, pour soutenir financièrement les maisons d’édition réalisant un chiffre d’affaires entre cent mille euros et 10 millions d’euros. Là encore, les collectivités territoriales et les partenaires professionnels seront invités à participer financièrement à ce fonds.

3.      L’Etat mobilisera une enveloppe de 12 millions d’euros, répartie sur 2020 et 2021 pour aider les librairies à moderniser leur équipement. L’objectif est de permettre aux librairies, via un fonds géré par le CNL, d’accélérer les investissements de modernisation afin d’améliorer les conditions d’accueil du public, mais également générer des gains de productivité grâce notamment à une gestion informatique plus performante. Cette enveloppe de 12 millions d’euros devra également permettre au réseau des librairies indépendantes de mieux organiser leurs plateformes de vente à distance et améliorer leurs performances.

4.      Plus de 100 millions d’euros vont être mobilisés par l’État auprès de l’IFCIC sous forme de prêts, avec notamment le soutien de la Banque des Territoires. Au sein de cette enveloppe, un montant de 40 millions d’euros sera accessible aux acteurs du livre en fonction de leur besoin. [Ndlr : sur ce point, le ministre lève enfin une ambiguité assez problématique, mais pas vraiment en faveur de l'industrie du livre]


Notons enfin que les services des deux ministères doivent travailler « des solutions facilitant l’expédition d’ouvrages afin de rétablir un cadre concurrentiel équitable au sein de la chaine du livre ».

Nous reviendrons sur ces chiffres prochainement. 


photo : ActuaLItté CC BY SA 2.0


Commentaires
Rien pour les auteurs, 5 millions pour les éditeurs, 37 millions pour les libraires (merci les municipales) soit au total 42 millions accordés à l'édition (et non 82 millions puisque 40 sont des prêts et ils ne sont pas dédiés aux éditeurs).

Le même jour, 15 milliards sont accordés à l'aéronautique.
Quand on aide les maisons d'édition (qui, normalement, rémunèrent les z'auteurs et les z'auteuses en droits et à-valoir) et les librairies (qui vendent les livres des z'auteurs et des z'auteuses), on aide les z'auteurs et les z'auteuses.

Alors c'est vrai qu'on ne leur file pas la pièce, ça oui, vous avez raison. Mais on contribue à aider le système économique dans lequel les z'auteurs et les z'auteuses ont leur place. Aux z'auteurs et aux z'auteuses de la prendre, cette place.

Evidemment, pour une maison comme les éditions du Net (je prends cet exemple tout à fait au hasard), ça ne fonctionne peut-être pas vu que je ne comprends pas très bien sur quel modèle économique elles sont fondées. Mais, dans le modèle économique habituel de l'industrie du livre, avec des maisons d'édition qui font leur travail et des librairies qui font le leur, aider ces deux acteurs majeurs du marché revient bel et bien à aider les z'auteurs et les z'auteuses.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.