L'Europe à la défense d'Apollinaire, interdit de Turquie

Clément Solym - 16.02.2010

Edition - Justice - Europe - défense - Apollinaire


Apollinaire condamné en Turquie pour de sombres histoires de moeurs et de texte qui ne convenaient pas au pouvoir en place, cela faisait grincer des dents, jusqu'à ce que l'on apprenne la condamnation de l'éditeur local, Hadès.

C'est à cela que les juges européens des droits de l'Homme ont réagi, condamnant tout à la fois l'attitude du pays autant que cet acte sauvage de destruction, alors que le livre paru en 1999 avait déjà été suivi d'une forte amende à l'encontre d'Hadès, « pour publication obscène ou immorale, de nature à exciter et à exploiter le désir sexuel de la population », rapporte l'AFP. La totalité du stock avait alors été détruite.

Mais à Strasbourg, on « considère que la reconnaissance accordée aux singularités culturelles, historiques et religieuses des pays ne saurait aller jusqu'à empêcher l'accès du public d'une langue donnée, en l'occurrence le turc, à une oeuvre figurant dans le patrimoine littéraire européen ». Le tout dans un arrêt très officiel qui va probablement faire parler de lui.

Petit rapprochement amusant, le livre en question, Les onze mille verges, avait provoqué un scandale litteraro-mondain en 1907, contraignant Apollinaire à le diffuser sous le manteau.

Côté turc, l'éditeur a beau avoir tenté de montrer qu'il ne s'agit que d'un livre, lequel puise dans les techniques littéraires de quoi alimenter son sujet et qu'il ne fallait y voir qu'une oeuvre d'humour et non de réalisme, rien n'y aura fait.

De fait, la Turquie reprochait, à travers la parole d'experts, les connotations sexuelles du titre, vue comme pornographiques à tendance sado-érotiques.