L'Europe approuve la fusion de Holtzbrinck et Springer Science+Business

Clément Solym - 02.04.2015

Edition - Economie - Holtzbrinck Springer - Commission européenne - concentration fusion


La commission européenne vient d'approuver la joint-venture entre Holtzbrinck et Springer Science + Business Media, dans le domaine de l'édition. Les deux acteurs avaient annoncé leur rapprochement début janvier, en vue de créer une superstructure dans le secteur des contenus pédagogiques et scientifiques.

 

 

Springer bookshelf in Foyle's bookstore
Mark Hillary, CC BY 2.0

 

 

En se positionnant directement à la quatrième place, après Pearson, Reed Elsevier et Wolters Kluwer, la fusion de Holtzbrinck et Springer représente un exemple type de concentration. Mais en vertu des règles de l'Uninon sur ce point, la Commission a validé le projet entre les deux sociétés dont les racines restent allemandes.

 

Face aux importantes mutations du secteur éditorial, la solution de sécurité privilégiée aura donc été la fusion, qui aboutit à un groupe détenu à 53 % par Holtzbrinck, le reste par BC Partners, avec un chiffre d'affaires annuel estimé à 1,5 milliard €. Derk Haank, directeur général de Springer, devient le directeur général de la nouvelle entité, et Annette Thomas, directrice exécutive de Macmillan Science and Education, prend le poste de directrice de la recherche. Les différents postes se répartissent entre les deux groupes, histoire d'assurer une répartition équitable.

 

L'entreprise ainsi formée regroupera toutes les activités de SSBM et ses filiales, ainsi que la majeure partie de la division science et éducation de Holtzbrinck Macmillan. Ce dernier intervient plus sur le domaine de l'édition universitaire, et encore marginalement sur le marché des bases de données scientifiques en ligne. 

 

« La Commission a conclu que l'acquisition envisagée ne poserait pas de problème de concurrence étant donné les parts de marché cumulées des deux parties, résultant de la transaction proposée, et la présence d'un certain nombre d'acteurs forts dans l'édition universitaire, ainsi que sur d'autres marchés connexes. » Oui, c'est imbittable, et en gros, ça signifie : OK, les gars, GO !

 

Les deux opérateurs, mi-janvier, annonçaient que leur rapprochement visait « à assurer la croissance à long terme des deux entités », qui crée « une maison d'édition pionnière dans le domaine de la science et de l'éducation, pour mieux servir les auteurs, la communauté des chercheurs, les institutions, le monde de l'apprentissage et le développement commercial ».