L'ex-agent de Kate Morton condamnée à lui verser 500 000 euros

Antoine Oury - 14.12.2018

Edition - Justice - Kate Morton agent - Kate Morton proces - Kate Morton proces


Depuis 2017, l'auteure australienne Kate Morton et son ex-agent littéraire, Selwa Anthony, s'affrontaient devant la Cour suprême de Nouvelle-Galles-du-Sud, territoire australien, autour du licenciement de la seconde, en 2015. L'agent littéraire s'estimait lésée, mais a été condamnée à verser 500.000 € d'indemnités à la romancière.

Kate Morton, en 2018 (Rhododendrites, CC BY-SA 4.0)


Selwa Anthony avait saisi la Cour suprême de Nouvelle-Galles-du-Sud pour contester son licenciement, qu'elle jugeait abusif, par la romancière Kate Morton en 2015. Anthony, après des années de collaboration, s'estimait lésée : au cours d’une conversation téléphonique de 2002, elle avançait que Morton se serait engagée à ce que l’agent perçoive 15 % de toutes les sommes gagnées durant la période de leur collaboration. Les cinq romans les plus vendus de Morton lui ont rapporté plus de 17,3 millions $, treize ans après la parution de son premier ouvrage.

L'agent littéraire contestait donc son licenciement, mais aussi les sommes qu'elle avait perçu le temps de sa collaboration avec l'auteure australienne. Morton avait répliqué en pointant du doigt des choix discutables et défavorables à ses propres intérêts, d'après elle, faits par son agent.

Au cours du procès, Kate Morton a démenti l'existence de cette conversation téléphonique de 2002, et rapporté que l'arrangement initial prévoyait un paiement équivalent à 15 % de l'avance reçue par l'auteure pour l'écriture d'un roman. Ce qui, évidemment, ne conduit pas aux mêmes montants.

Devant la Cour, les pratiques de l'agent littéraire lui ont coûté la procédure : en l'absence de contrat écrit formalisant la relation avec l'auteure, la juge Julie Ward a indiqué que les preuves avancées quant à l'accord décrit par Selwa Anthony n'étaient pas suffisantes, rapporte le Sydney Morning Herald.

À l'inverse, la contre-attaque de Kate Morton a porté ses fruits : l'auteure australienne avait pointé du doigt ce qu'elle considérait comme une faute professionnelle de son ancienne collaboratrice. Anthony aurait d'après elle omis de lui expliquer le fonctionnement de la cession de droits pour l'international. Sur ses quatre derniers livres, son éditeur Allen & Unwin a pu vendre ses droits de traduction à l'international, alors que l'auteure aurait plutôt opté, en connaissance de cause, pour une vente de droits territoire par territoire, assurée par ses soins.
La Cour suprême a été plus réceptive à cette accusation, et a condamné Selwa Anthony à verser 514.000 $ de dédommagements à l'auteure, qui correspondent à l'estimation des pertes de l'auteure pour les droits de traduction de ses 5e et 6e ouvrages.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.