L'Histoire restera sans fin pour les héritiers de Bastien et Atreyu

Antoine Oury - 22.03.2019

Edition - Justice - Michael Ende histoire sans fin - ayants droit justice - histoire sans fin livre


La fin d'un cas porté en justice autour du livre L'Histoire sans fin de Michael Ende a été prononcée par la Haute cour régionale de Munich, en Allemagne. Depuis plusieurs années, l'avocat Klaus Kähler assurait que des droits d'exploitation du livre et du film de Wolfgang Petersen (1984) lui avaient été cédés, ce que réfutaient les héritiers d'Ende. Le fils de l'avocat avait décidé d'attaquer en justice, mais les revendications des Kähler ont été écartées par la justice allemande.

Détail de la couverture de L'Histoire sans fin, illustré par Joseph Vernot
et traduit par Dominique Autrand chez Hachette


Publié en 1979, L'Histoire sans fin de Michael Ende aura rapidement été porté au cinéma : dès l'année suivante, les droits d'adaptation sont sur le marché, et le réalisateur Wolfgang Petersen se positionne pour la réalisation du long-métrage. En 1980, toujours, Ende aurait signé plusieurs contrats avec l'avocat munichois Klaus Kähler, lui cédant notamment des droits liés à l'exploitation commerciale du livre et son adaptation cinématographique.

« À l'origine, Ende ne voulait rien à voir avec l'exploitation commerciale, car il craignait que l'ensemble paraisse ringard et porte atteinte au crédit accordé à son œuvre », explique Klaus Kähler aujourd'hui. En 1984, le film L'Histoire sans fin sort sur les écrans et, malgré un succès commercial, Ende renie le long-métrage et fait même effacer son nom du générique.

Sauf que le contrat, lui, serait resté valable, selon l'avocat, qui a aujourd'hui cédé les droits qu'il revendique à son fils. D'après le père et le fils Kähler, seuls les droits du film appartiennent aux héritiers d'Ende, décédé en 1995. Les droits liés au marketing et aux produits dérivés tirés du livre et du film, eux, seraient toujours entre leurs mains. Une version bien entendu contestée par les héritiers de Michael Ende.
 

Une version « artificielle et improbable »


L'exécuteur testamentaire de Michael Ende, Wolf-Dieter von Gronau, a ainsi dû défendre la cause des héritiers devant la Haute cour régionale de Munich, après une plainte déposée par les Kähler. La défense des ayants droit assure que la version de ces deux derniers est « artificielle et improbable ». Klaus Kähler rapporte qu'il aurait conclu plusieurs accords avec Ende entre 1980 et 1992, et que ce dernier lui faisait confiance pour gérer les produits dérivés de son œuvre. L'avocat et son fils réclamaient une somme de 50.000 € pour abandonner leurs droits.


 
À l'inverse, les héritiers mettaient en avant le fait que les droits liés aux produits dérivés n'avaient été cédés que dans le contexte du film, dont Klaus Kähler était un des producteurs.
Les arguments des héritiers ont été entendus par la Haute cour régionale de Munich, qui a jugé que seuls les héritiers pouvaient jouir des droits liés à l'exploitation de l'œuvre et notamment aux produits dérivés issus d'adaptations. Ce qui ouvre évidemment la voie à de futures adaptations de L'Histoire sans fin au cinéma...


via Handelsblatt, LTO


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.