L'iBookstore d'Apple, un puissant moteur de croissance

Clément Solym - 26.07.2011

Edition - Economie - ibooks - ebooks - vente


 Les ebookstores des grosses machines du net comme de la librairie en chaîne ont fermé tour à tour, pour ne pas avoir à céder à la ponction de 30 % qu'Apple a mis en place pour les applications permettant l'achat à l'intérieur de l'appli. Des décisions qui laissent le champ très libre à iBookstore, la librairie dédiée d'Apple.... (voir notre actualitté)

C'est que, selon l'analyste Trip Chowdhry, de Global Equities Research, les revenus d'Apple liés à iTunes et l'App Store, pourraient avoisiner les 13 milliards $, au cours de l'année 2013, avec un taux de croissance de 40 % ou presque durant les trois prochaines années.


Et le moteur de toute cette économie, rajoute l'expert, ce serait iBooks, catalyseur fulgurant du chiffre d'affaires que la firme de Cupertino pourrait réaliser. Selon lui, nombre d'éditeurs commenceraient à préférer le format EPUB, à celui Kindle d'Amazon. Et donc, à opter pour de la commercialisation plus massive chez Apple.

En outre, l'analyste considère que l'application de la Pomme est largement supérieure à celle de Kindle for iOS, ce qui impacterait directement les achats d'ebooks.

Citant des études réalisées auprès d'étudiants, ces derniers avouent sans peine qu'ils préfèrent lire des livres sur iPad que sur Kindle. Une note de 8, sur une échelle de 10, est ainsi attribuée à iBooks, pour qualifier sa simplicité d'utilisation, contre 5 à celle de Kindle for iPad. Qui manquerait ainsi que la finition et de la netteté qui fait les qualités d'iBooks.

Sachant qu'en parallèle, le nombre d'applications disponibles pour iPad a au moins triplé au cours des six derniers mois - plus de 100.000 sont disponibles - les perspectives de ventes qu'iBookstore laisse se profiler sont impressionnantes.

Librairie indépendante ?

De quoi se poser de nouveau la question d'une librairie indépendante au travers de l'outil iBooks. (voir notre actualitté)

Selon un libraire français que nous avions consulté : « Évidemment, nous ne sommes pas à la mode, puisque nous ne disposons pas d'une application dédiée, comme tout le monde, mais enfin, quand on voit ce type de décision unilatérale d'Apple, ça incite à la prudence. Pour une appli de type ebookstore, nous aurions payé une somme bien rondelette, pour finalement se voir ponctionnés de 30 % par Apple ? C'est du délire ! »