L'IFLA sans ministre : « irrespectueux » des visiteurs internationaux

Antoine Oury - 19.08.2014

Edition - Bibliothèques - IFLA Lyon - Filippetti bibliothèques - Congrès politique


Les organisateurs de l'IFLA ne s'expriment pas officiellement sur l'absence de politiques pour le 80e Congrès qui se déroule actuellement à Lyon. Cependant, l'absence d'Aurélie Filippetti, ministre de la Culture, Benoît Hamon, ministre de l'Éducation nationale, et Geneviève Fioraso, secrétaire d'État à l'Enseignement supérieur et à la Recherche fait tout de même grincer des dents. 

 

 

 

 

 

Nous l'annoncions voilà quelques instants : aucun politique ne s'est déplacé pour le 80e congrès international des bibliothèques et institutions, organisé par l'IFLA. Un triste constat qui a occasionné le lancement d'une pétition, pour demander que les trois personnalités politiques fassent le déplacement. 

Nous, participants, bénévoles et exposants français du congrès de l'IFLA, fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques, réuni à Lyon du 17 au 23 août, ne pouvons qu'exprimer notre profonde stupeur devant l'absence de nos ministres lors d'une séance d'ouverture rassemblant près de 4000 participants venus du monde entier.

Aucun d'entre vous n'a jugé utile de se déplacer personnellement pour cet événement mondial qui se déroule pour la sixième fois en France depuis 1933 et n'y avait pas eu lieu depuis 1989. Vous vous êtes contentés d'une courte allocution vidéo diffusée qui n'était même pas assortie de sous-titres anglais.

Nous vous devons la triste vérité : vous avez plongé dans la gêne les Français présents dans la salle et heurté bien des délégations étrangères peu habituées à une telle désinvolture.

C'est animé d'un sentiment du devoir que nous vous faisons connaître la façon dont vos prestations ont été reçues, alors que, Mmes et M. les ministres, vous aviez décrété 2014 « année des bibliothèques » : quelle crédibilité cette déclaration d'intention peut-elle avoir quand elle est si manifestement peu mise en acte ? (voir la pétition)

 

Si la rue de Valois n'a toujours pas commenté cette absence, plusieurs intervenants prenant part au Congrès, ont regretté ce manquement. 

 

 

"On n'explique pas à des bibliothécaires comment fonctionne une bibliothèque, comme dans la vidéo de Filippetti"

 

 

« Supporter trois vidéos de ministres qui n'ont rien à dire, qui n'ont pas du tout compris l'importance de l'événement, c'est au-dessous de tout », nous assure Daniel Le Goff, directeur de la Bibliothèque francophone multimédia. 

 

Et de poursuivre : « En particulier la ministre de la Culture, qui n'a pas du tout compris l'importance de l'événement : l'IFLA en France, c'est tous les 25 ans, le dernier c'était en 1989, le prochain sera en 2050, elle a loupé le coche. »

 

Le président de l'IABD, Xavier Galaup insiste : « C'est aussi irrespectueux vis-à-vis des personnes qui viennent de l'international, et qui attendent que les ministres du pays hôte s'impliquent un minimum. »

 

« On sent que le gouvernement ne voit pas l'enjeu d'être plus présent dans les instances internationales, c'est une sorte de retrait frileux dans le giron franco-français. En ce moment, côté archives, nous avons la nouvelle version de l'EAD (Encoded Archival Description) qui va sortir, c'est important. Des choses importantes se passent au niveau international, et c'est l'occasion de porter la voix de la France », analyse Jean-Philippe Legois, président de l'Association des Archivistes de France (AAF)

 

« Et on n'explique pas à des bibliothécaires comment fonctionne une bibliothèque, comme dans la vidéo de Filippetti », ajoute encore Xavier Galaup.

 

Les organisations n'ont pas signé la pétition, qui accueille uniquement les signatures à titre individuel. Par ailleurs, cela n'empêchera pas les différentes instances de travailler en bonne intelligence avec les ministères, soulignent les interrogés.