L'ïle Lettrée, librairie du Xe, menacée de dépôt de bilan

Clément Solym - 12.04.2011

Edition - Economie - librairie - ile - lettree


La nouvelle n'est jamais plaisante, mais se généralise : une nouvelle librairie indépendante est menacée de dépôt de bilan. Il s'agit de L'Île lettrée, située au 99 boulevard Magenta, dans le Xe arrondissement de Paris.

Depuis 1999, cet établissement vendait paisiblement des ouvrages, sans demander rien d'autre à personne. Mais aujourd'hui, avec 10.000 références, elle est menacée alors que depuis le 31 mars, une pancarte soulignant "Bail à céder" est placardée. La situation n'est pour autant pas nouvelles : en 2005, les travaux qui ont eu lieu boulevard Magenta provoquèrent une raréfaction de la clientèle. Et pour ajouter aux catastrophes, une inondation a fait fermer la galerie, située au sous-sol, où l'on pouvait assister à des rencontres et autres débats.

L'appel à l'aide

Ainsi, en 2005, un premier dépôt de bilan menace l'établissement. Après un passage au redressement judiciaire, durant deux années, la boutique peut continuer, avec un plan sur neuf ans pour parvenir à résorber sa dette. Et en 2009, c'est en déménageant que la propriétaire, Samia Berrandane, tente de récupérer quelques liquidités - en cédant son précédent bail.


Sur son blog, elle a laissé un simple message, bref, concis : « La chère île risque la noyade. En effet en équilibre déjà précaire, voilà que sont venus s’ajouter des mois maigres… Une opération sauvetage a été lancée il y a deux semaines déjà ! Elle consiste en une ouverture du capital. Nous avons jusqu’au 10 avril pour réunir les fonds nécessaires. Vous souhaitez participer… et peut-être sauver votre librairie de quartier ? »

La date a été légèrement repoussée, puisque nous avons reçu par un email un message de soutien, d'un de nos lecteurs : « Concrètement, la libraire devrait être fixée sur son sort d'ici vendredi prochain (15 avril). Les habitants du quartier se sont mobilisés comme ils ont pu, en venant acheter des livres et/ou souscrire des parts dans la librairie, puisque la libraire a décidé d'ouvrir son capital, mais la librairie reste sur la corde raide. »

Le billet date du 16 mars, et depuis, hormis un article accessible sous abonnement dans Livres Hebdo, pas grand-chose...

Enfin, si : une ouverture du capital social aux âmes de bonne volonté. Une action vendue pour 175 € et quelques généreux futurs actionnaires. Mais probablement pas assez. Silence radio du côté de la Mairie de Paris, sollicitée et appelée à l'aide.

Nous n'avons pas pu la contacter pour le moment - non sans ironie, puisque qu'en ce moment même, le portail de la librairie indépendante, 1001libraires, présente à la presse sa plateforme. Mais mettrons à jour ce sujet pour vous tenir informés.