L'impartialité des revues médicales remise en cause par une étude

Antoine Oury - 29.07.2019

Edition - Société - revues medicales - conflits interets edition - medecine lobby


L'histoire d'un gardien que personne ne garde : les revues médicales demandent aux chercheurs qui publient dans leurs colonnes de dévoiler tout conflit d'intérêts ou élément qui pourraient mettre en cause leur impartialité. Une mesure saine et indispensable, que les éditeurs de ces revues ne s'appliquent pas à eux-mêmes, dénonce une étude. Et il y aurait beaucoup à révéler.

DSC_6918
(sayo ts, CC0 1.0)


Sur 130 revues scientifiques et académiques analysées par Rafael Dal-Ré, Arthur L Caplan, Ana Marusic, pas moins de 99 % d'entre elles demandent aux auteurs qui publient dans leurs colonnes de dévoiler tout conflit d'intérêts, afin de prévenir les lecteurs d'éventuels biais. Une mesure nécessaire, de salubrité publique, qui permet aussi de garantir une certaine crédibilité des résultats de la recherche.

Sauf que cette exemplarité de la recherche se limite aux auteurs des résultats publiés, uniquement : « Très peu de journaux médicaux dévoilent les potentiels conflits d'intérêts de leur équipe éditoriale », écrivent les auteurs de la recherche publiée en accès ouvert dans la revue médicale britannique BMJ ce 23 juillet.

Au total, seules 16 revues sur les 130 prises en compte font état des conflits d'intérêts potentiels des éditeurs de la revue. Et sur les 26 catégories de revues médicales prises en compte, la moitié ne dispose pas d'un seul titre qui applique cette politique stricte pour lutter contre les biais dans la diffusion d'informations. 

Pourtant, il serait impératif et louable, selon les auteurs, de rectifier le tir dans les meilleurs délais : les équipes éditoriales des revues rassemblent en effet des acteurs des différentes disciplines, exposés comme leurs collègues à des méthodes et influences destinées à leur faire perdre leur intégrité en même temps que leur impartialité. 
 

C'est l'industrie qui régale


« En 2014, 51 % et 20 % des 713 cliniciens travaillant comme rédacteurs en chef dans 52 revues de médecine de premier plan dans 25 spécialités différentes ont respectivement reçu des paiements généraux (par exemple, pour des consultations, des honoraires, le défraiement de repas, de voyages) et des paiements de recherche provenant de l'industrie », rappellent les auteurs de la recherche.

Des sommes qui varient, bien sûr, mais qui peuvent atteindre, sur un an, pas moins de... 11 millions $. En 2015, la moitié des équipes éditoriales des 60 revues médicales les plus lues et citées des États-Unis ont reçu des sommes couvrant des frais généraux de la part de l'industrie médicale : pour 48 % d'entre eux, ces sommes dépassaient les 5000 $.

Le comité international des éditeurs de revues médicales (International Committee of Medical Journal Editors) propose depuis plusieurs années une charte en matière de transparence des conflits d'intérêts des auteurs et chercheurs — qui n'a rien d'obligatoire et n'entraine pas de sanctions —, mais les éditeurs restent hors de portée de celle-ci.
 
Une honnêteté intellectuelle d'autant plus vitale que les résultats de la recherche influencent forcément cette dernière, et les effets de l'avancée scientifique sur toute la société.

Les résultats de la recherche sont accessibles à cette adresse.

Via Science Mag


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.