L’implantation de Cultura en Belgique à nouveau compromise  ? 

Camille Cado - 17.06.2020

Edition - Librairies - cultura liege commerces locaux - ilot Saint-Michel cultura - cultura commerce concurrence


L’année dernière, Cultura avait annoncé l’ouverture de son tout premier magasin en Belgique, à Waterloo, sur le site du centre commercial Place Richelle. Le projet avait avorté, non sans avoir suscité de vives réactions de la part des commerçants locaux. Alors que l’arrivée prochaine de la chaîne en plein cœur de la ville de Liège se concrétise, l’histoire semble se répéter...



Sur LinkedIn, la chaîne française de magasins spécialisée dans les produits culturels a annoncé son implantation en Belgique à la rentrée prochaine. D’après les premières informations, l’enseigne investira les locaux de l’ancien H&M — un espace de près de 1400 mètres carrés — à l’îlot Saint-Michel, dans le centre-ville de Liège.
 
Mais l’ouverture de ce premier magasin, annoncée pour septembre prochain, n’est pas vue d’un très bon œil par certains commerçants locaux qui exercent dans les mêmes secteurs d’activités, tels que la vente de livres, de disques, d’instruments de musique, de papeterie ou encore de jeux vidéo.

Face à l’arrivée de ce qu'ils estiment être une menace, 16 commerces liégeois ont ainsi décidé de s’unir et de faire appel à un avocat, avant une éventuelle action en justice, annonce le média belge RTBF

« Il peut y avoir des chutes de 20 à 30 % de chiffre d’affaires qui suffisent à vous faire fermer la boutique ! La librairie est un secteur économique fragile », confie ainsi Emmanuel Péqueux qui tient une librairie à 300 mètres du futur magasin. Et de rappeler : « J’ai déjà subi le covid et les travaux du tram. Dans ce contexte-là, l’arrivée d’un mastodonte comme Cultura, ça ne me rassure pas. On va devoir se battre commercialement et on ne joue pas dans la même cour ! »

Il y a de la place pour tout le monde

Pour Jean-Luc Treutenaere, directeur des relations extérieures de Cultura et coprésident de la Fédération Européenne et Internationale des Libraires, l’arrivée de l’enseigne ne devrait pas donner lieu à une opposition entre « les petits et les gros » du secteur.

S’il affirme respecter l’inquiétude des librairies locales, il explique à ActuaLitté : « Je pense qu’il y a de la place pour tout le monde. Les librairies indépendantes et les chaînes n’attirent pas les mêmes clients. »

Et de rappeler : « Je travaille avec la fédération pour le bien-être de l’ensemble des librairies d’Europe et au-delà : des indépendants aux grandes chaînes. Et plus le tissu sera renforcé, mieux ce sera. » En somme, « plus on a de librairies, et de librairies différentes, mieux c’est ».

En outre, « le Cultura de Liège n’est pas non plus une machine énorme. À mon avis, il ne représente un danger pour personne, mais une nouvelle opportunité pour les potentiels clients ».
 

Une action en justice possible ? 


Pour le moment, aucun tribunal n’a été saisi. L’avocat des 16 commerçants, Frederic Van den Bosch, se renseigne sur les autorisations et les permis nécessaires pour cette implantation. 

« Le projet Cultura de l’époque à Waterloo avait une configuration juridique similaire, voire identique au projet à Liège. À Waterloo, Cultura avait dû demander des autorisations. Logiquement, à Liège, il faut donc aussi demander ces autorisations », a-t-il expliqué. 
 
« Nous avons interrogé la Ville pour essayer d’y voir clair, pour essayer de savoir si Cultura a introduit ou non des demandes de permis et si oui ou non l’administration a délivré ces permis à Cultura pour cette implantation. »

Et de révéler : « À notre connaissance, sous réserve des informations que la Ville nous donnera, nous pensons qu’il n’y a pas eu de demande d’autorisation. »

Affaire à suivre, donc. 

Photographie : Magasin Cultura à La Défense (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


Commentaires
C'est le genre de réaction assez symptomatique d'une époque. Un concurrent ouvre et plutôt que d'adapter son modèle économique pour être en concurrence, l'ancien commerçant attaque le nouveau pour le faire plier.

Le libéralisme, le vrai, pas celui des chantres du mondialisme, mène à une saine concurrence : quand deux magasins sont en compétition, les deux magasins sont obligés d'améliorer leurs stratégies pour ne pas perdre et donc les gagnants sont en général les clients.

Avec le raisonnement d'aujourd'hui, on aurait toujours des calèches dans la rue, et aucune voiture, car le syndicat des conducteurs de diligence aurait interdit le déploiement d'automobiles.

Entendez bien que je ne suis pas contre les petits commerçant : bien au contraire ! En revanche, je trouve détestable ces méthodes. Si la loi permet à des concurrents de fausser le marché, il faut changer la loi, pas s'attaquer à ceux qui l'exploitent. Et donc voter pour des gens qui font avancer la loi pour protéger les gens (ça s'appelle le bien commun, et c'est devenu un gros mot en politique).
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.