Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

L'incinération de Gabriel Garcia Marquez au Mexique

Nicolas Gary - 19.04.2014

Edition - International - Gabriel Garcia Marquez - incinération - Mexique


L'annonce de la mort de Gabriel Garcia Marquez, ce 18 avril, a provoqué une vive émotion au niveau mondial. Alors que trois journées de deuil national ont été décrétées en Colombie, les hommages sont venus des dirigeants et personnalités du monde entier. Jusque dans le petit village de naissance de Gabo, Aracataca, dans le nord du pays, ce sont cinq jours de deuil qui seront observés.

 

 

 

Fidel Castro, son ami proche, ne s'est toujours pas exprimé, mais son frère, Raul, a assuré que « les Cubains ont perdu un grand ami, intime et solidaire », ajoutant que « l'oeuvre d'hommes tels que lui est immortelle ». 

 

Plusieurs écrivains comme Hector Aguilar Camin, Angeles Mastretta et Xavier Velasco sont venus rendre visite à la famille, et le corps de l'écrivain a finalement été incinéré le jour même de sa mort - le jeudi 17 avril, assure l'AFP.

 

Selon l'ambassadeur colombien, Caracol Radio, la famille a « les cendres (...) ils sont en train de décider s'ils vont les emmener en Colombie, s'ils vont en emmener une partie ». L'incinération s'est faite à Mexico et un hommage particulier sera rendu dans la capitale mexicaine. Le président colombien Juan Manuel Santos a pour sa part demandé de « mettre le drapeau en berne dans toutes les institutions publiques. Nous espérons que les Colombiens feront de même dans leurs maisons ».

 

En 1982, Garcia Marquez avait reçu le prix Nobel de littérature. « Dans les bonnes consciences de l'Europe, et aussi parfois dans les mauvaises, a fait irruption avec plus de force que jamais l'actualité fantasmatique de l'Amérique latine, cette immense patrie d'hommes hallucinés et de femmes entrées dans l'histoire, dont l'obstination infinie se confond avec la légende », avait-il déclaré.

 

Son livre, Cent ans de solitude restera l'une des oeuvres majeures du XXe siècle.