"L'Inde rêve en hindi, dort en hindi, mais préfère lire en anglais"

Antoine Oury - 24.01.2014

Edition - International - Inde - édition - langue anglaise


Au Festival de Littérature, à Jaipur, l'heure était à la réflexion, pour l'édition indienne, tiraillée entre la défense de l'héritage national et le lectorat le plus susceptible d'acheter en masse ses productions. Elle a finalement choisi de privilégier la langue anglaise sur l'hindi, pour la majorité de ses publications. Un choix qui lui permettra par ailleurs d'exporter plus facilement ses livres.

 


India-Jaipur-01

L'édition indienne, poids lourd au niveau mondial (snikrap, CC BY 2.0)

 

 

C'est Aditi Maheshwari, directeur de Vani Publications, qui a rendu le verdict : « L'Inde rêve en hindi, dort en hindi, mais elle préfère lire en anglais. La part des lecteurs hindi est beaucoup plus faible que celle des lecteurs anglophones. » 

 

Alors que le secteur de l'édition pèse pour 1,6 milliard $ en Inde, selon la Fédération des Chambres de Commerce et de l'Industrie indienne, la plaçant directement derrière les industries américaine et anglaise, les éditeurs souhaitent asseoir cette position en augmentant le débit des presses pour les publications en langue anglaise.

 

« Sur les 90.000 nouveaux livres produits chaque année en 24 langues différentes, les publications en hindi représentent 26 %, quand celles en anglais pèsent pour 24 %. Cela fait partie de la "mondialisation" de la littérature », explique la Fédération, qui compte bien augmenter de 30 %, en moyenne, le nombre de publications en langue anglaise.