L'industrie culturelle n'est plus assez rentable pour HMV

Clément Solym - 29.04.2011

Edition - Economie - hmv - waterstone - mamout


Vendre Waterstone's pour moins de 70 millions de livres sterling pourrait contraindre le Groupe HMV à négocier avec les créanciers. Une situation économique et humaine inquiétante.

Le groupe HMV a investi dans l'industrie musicale et littéraire, et ses ventes sont en baisse. L'entreprise aurait réalisé trente millions de £ de bénéfices ce trimestre, soit deux fois moins que l'an passé. Le groupe doit rembourser sa dette, évaluée à environ deux-cent-quinze millions de dollars.

HMV ferme cette année plus de soixante magasins et cherche à vendre l'ensemble de la chaîne, soit deux-cent-quatre-vingt-cinq magasins de disques HMV et trois-cent-quatorze librairies Waterstone’s. Le groupe emploierait quatorze mille salariés, selon le Blog officiel des éditions Dédicaces.


CVA ou revente ?

Selon les analystes, si HMV revend les boutiques à moins de soixante-dix millions de £, le groupe devra chercher un arrangement avec ses créanciers : la CVA (« company voluntary arrangement »). Avec cette procédure, le groupe serait déclaré insolvable et s'engagerait à fermer les boutiques physiques. Le loyer ne serait plus à payer, et les activités pourraient être poursuivies sur la Toile. Les ventes en ligne ont précisément augmenté de 28% au premier trimestre. Pour John Stevenson, analyste chez Peel Hunt, la clôture des boutiques devrait être encore plus radicale, afin de diminuer les coûts rapidement.
« Dans le cas de Waterstone's, il est plus probable que les librairies soient vendues avant que la procédure de la CVA n'ait été étudiée », a déclaré Stevenson. En effet, Alexandre Mamout, le billionnaire russe, a proposé de racheter Waterstone's pour trente-cinq millions de £.(notre actualitté) Pour les analystes, cette somme est « faible pour acheter Waterstone's.» Mais Alexandre Mamout serait le seul intéressé pour l'instant. (via The Bookseller)