Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

L'industrie de l'édition reste le plus grand secteur des médias

Antoine Oury - 20.10.2014

Edition - International - IPA International Publishers - rapport annuel 2014 - édition marché chiffres


L'International Publishers Association (IPA), en tant qu'organisation internationale fédérant les éditeurs rassemblés à un niveau national, publie chaque année un rapport qui synthétise les différents chiffres. L'année 2014 est évidemment marquée par une impression générale de recul du marché, mais ce dernier semble en fait suivre un schéma simple : ralentissement dans les pays développés, et hausse sensible au sein des pays en développement.

 


Publishers Association - London Book Fair 2014

La Publishers Association, au Royaume-Uni, comme le SNE en France, fait partie de l'IPA

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

S'il n'apporte donc pas de nouvelles informations, puisqu'il est basé sur les chiffres des organisations nationales, le rapport annuel de l'IPA permet de fournir une vue d'ensemble. Sur le plan des revenus des industries de l'édition, les États-Unis sont toujours en tête, sans variation, avec 19,563 milliards € de chiffre d'affaires, et 27,40 milliards € de valeur marchande (calculée sur la base des prix publics des livres vendus sur l'année).

 

Suivent ensuite la Chine (9,173 milliards € de CA, + 9 %), l'Allemagne (9,536 milliards € de VM, stable), le Japon (5,409 milliards € de VM, - 2 %), le Royaume-Uni (4,662 milliards € de CA, stable), la France (2,639 milliards € de CA, - 3 %) et l'Italie (3,110 milliards € de VM, - 6 %).

 

La suite du classement, disponible en intégralité en fin d'articles, fait apparaître de fortes hausses sur les marchés en développement : l'Indonésie, prochain invité d'honneur de la Foire de Francfort, enregistre + 16 % pour son industrie de l'édition, la Colombie + 7 %, le Brésil + 8 %, la Corée du Sud + 2 %...

 

Le rapport note que la valeur des différents marchés « dépend plus de l'influence du pays que de la taille de sa population » : Allemagne, Royaume-Uni, France ou Italie sont concernés par cette remarque, et se démarquent toujours dans le classement malgré un bassin linguistique bien moindre que celui des pays anglophones ou chinois.

 

Le rapport remarque également que les exports et le développement du marché numérique aident considérablement des marchés, essentiellement occidentaux, qui encaisseraient les effets du recul sans ces derniers.

 

 

Le production annuelle de titres, pour 1 million d'habitants, dans le rapport de l'IPA

 

 

Malgré le recul constaté de l'industrie française de l'édition, en matière de chiffre d'affaires (- 3 %), la production suit une hausse de 2 %. Le Royaume-Uni prend la tête du plus grand nombre de titres publiés (nouveautés et rééditions) par million d'habitants, en 2013, avec 2875 titres pour 1 million d'habitants, et une hausse de 8 %.

 

En matière d'exportations, le Royaume-Uni reste largement en tête, 1,51 milliard € de chiffre d'affaires issu de ce canal de vente, devant les États-Unis, à 1 milliard €, et l'Espagne, à 331 millions €. Les États-Unis bénéficient du taux de croissance le plus important pour les exports, tiré vers le haut par une hausse de 63 % des exports numériques, et 14 % pour l'imprimé.

 

Le rapport réalise ensuite un zoom sur les économies émergentes du livre, et met en avant le Brésil, la Chine, la Corée du Sud, le Mexique et la Turquie, comme de futurs grands acteurs du secteur.

 

En 2012, note enfin le rapport, l'industrie du livre était toujours en tête des classifications culturelles et médiatiques : le secteur pesait pour 151 milliards $ de valeur marchande, devant le cinéma (133 milliards $ de VM), les magazines (107 milliards $ de VM), les jeux vidéo (63 milliards $ de VM) et la musique (50 milliards $ de VM).

 

Dans les mois à venir, l'IPA souhaite « communiquer autour du rôle des éditeurs auprès de la société », explique Youngsuk “YS” Chi (Elsevier), président de l'IPA pour quelques semaines encore. Mais aussi mettre l'accent sur la liberté d'expression, en multipliant les initiatives, comme le IPA Freedom to Publish Prize.

 

 

  Rapport annuel 2013-2014 de l'IPA by ActuaLitté