L'industrie du copyright a mis tout le monde à genoux - et on prie

Clément Solym - 14.05.2012

Edition - Justice - copyright - éditions - industrie


La propriété intellectuelle reste une valeur farouchement brandie par les uns et les autres. Promesses d'emplois, de développement et de croissance, les secteurs culturels se battent pour conserver leur actuelle existence. Mais Torrent Freak propose de remettre un peu en question la main mise sur ces enjeux : après tout, pourquoi les défenseurs du droit d'auteur auraient-ils le dernier mot ?

 

Un outrage intitulé The Case for Copyright Reform, à télécharger et partager massivement, revient en effet sur une série de propositions émanant… du Parti Pirate. Il rassemble plusieurs essais parus ces dernières années, et de multiples contributions sur le sujet. Plusieurs propositions politiques menées par les Verts au Parlement européen, quoiqu'originaires du Parti Pirate, sont également proposées. 

 

 

 

L'une des grandes idées est de ramener à 5 ans la durée du droit d'auteur, plus que 70 ans après la mort, avec une extension à 20 ans, grâce à différentes formules possibles. Mais ce qui frappe, ce sont les différents commentaires formulés sur ce sujet, précisément, que l'on retrouve dans Reddit.

 

Évidemment, peu d'éditeurs accepteraient une telle perte de contrôle sur les oeuvres et les revenus qu'ils perçoivent actuellement. D'autres notent que la situation actuelle permet aux ayants droit de continuer à percevoir des droits sur les oeuvres durant de plus longue durée, grâce à des exceptions aujourd'hui consacrées. Bref, autant de réactions qui démontrent une certaine résignation de la part du public, là où l'on pourrait attendre un peu plus de détermination.

 

Pour approfondir

Ramener le droit d'auteur de 70 ans à 20 ans

 

 

« L'industrie du droit d'auteur n'est pas partie prenante dans le monopole du droit d'auteur. Ils sont un des bénéficiaires », souligne TF. Et d'ajouter que l'intérêt du public n'est pas celui des maisons d'édition dans ce contexte. Selon lui, le législateur conserverait sa position en considérant que l'opinion publique y est favorable, de sorte que personne n'a tenté de faire changer, ni évoluer la situation. 

 

« Le travail de tout entrepreneur est de faire de l'argent, en prenant en compte les contraintes actuelles de la société. Ils n'ont pas à démanteler les libertés individuelles s'ils ne parviennent pas à gagner de l'argent - surtout pas s'ils n'y parviennent pas. Aucun entrepreneur n'a le droit de façonner la société pour garantir son propre profit », estime Torrent Freak.

 

La question du droit d'auteur est éminemment importante, dans l'économie numérique qui s'impose aujourd'hui dans le secteur de l'édition. Il sera prochainement, et de plus en plus prochainement, impératif de remettre sur la table toutes ces questions, pour s'épargner des conflits stériles comme l'histoire dont Hemingway avait été le plus grand perdant.

 

Vice-président du Parti Pirate, député européen dans le groupe Verts-Ale, Lars Christian Engström explique ses positions : 

L'important c'est de se débarrasser des durées de protection actuelles d'une vie ou plus. Ces longues périodes sont clairement néfastes pour la société, puisqu'elles gardent la plupart de notre héritage culturel commun bloqué même longtemps après que la majorité des productions aient perdu toute valeur commerciale pour les amants droits. C'est une perte sèche économiquement parlant, et un scandale culturellement parlant. 

Si les durées de protections étaient réduites à 20 ans, cela résoudrait la plupart des problèmes « du trou noir du 20e siècle », et permettrait aux bibliothécaires et archivistes de commencer l'urgente tâche de préservation des créations du 20e siècle qui se dégradent dans les archives, en les numérisant. Cinq ou dix ans seraient plus appropriés pour favoriser l'archivage, mais 20 ans devraient convenir. 

Dans le même temps, 20 ans sont encore suffisants pour nourrir le rêve plaisant (mais hautement improbable) de créer un succès majeur indémodable qui génère des revenus durant des décennies. Si votre prochain projet trouve le bon filon et vous propulse soudainement sous les feux des projecteurs pour longtemps tels que Paul Mc Cartney ou ABBA ont pu en profiter, 20 ans devraient être plus que suffisants pour que vous deveniez très riche, et que vous n'ayez plus jamais jamais à vous soucier d'argent.