L'industrie du livre aux USA a perdu 30 % de ses effectifs en 25 ans

Cécile Mazin - 27.06.2016

Edition - Economie - emplois industrie édition - marché livre Amérique - salariés emplois jobs


L’édition américaine comptait 85.800 salariés en 1990, et en 2016, ils sont désormais 61.500. Certes, la chute est moins vertigineuse que dans l’industrie de la presse – passée de 455.000 personnes à 183.200 – mais les données statistiques n’en restent pas moins inquiétantes. 

 

 

Le nombre de personnes employées dans l’industrie du livre américaine est resté à peu près stable entre 1990 et juin 2001, indique le Bureau of Labor Statistics. Une première chute avait été constatée jusqu’en juillet 2003 (avec 77.500 employés), et le secteur était parvenu à redresser la barre. Entre juin 2004 et novembre 2008, le nombre de salariés restait autour de 80.000 personnes. Mais depuis, c’est la descente aux enfers. 

 

Bien entendu, le monde des médias a été le plus impacté par l’évolution et l’émergence de nouvelles structures sur la toile. Entre 1990 et 2016, on passe de 28.000 à 197.800 emplois dans la publication sur internet et le broadcasting. Mais pour expliquer les raisons d’une pareille chute, à compter de 2008, dans le secteur du livre, voilà qui est difficile.

 

Avec le lancement du tout premier Kindle en novembre 2007, on pourrait avoir une première hypothèse – mais l’argument consistant à dire qu’Amazon était déjà la source de tous les maux est assez facile. Et de fait, les commentateurs s’attarde surtout sur la crise que la presse a pu connaître durant cette période.