L'industrie du livre en Belgique reprend son souffle après des années sombres

Cécile Mazin - 23.06.2016

Edition - Economie - industrie livre Belgique - maison édition Belgique - économie édition Belgique


Avec un chiffre d’affaire de 245,7 millions €, le marché du livre en Belgique renoue avec la croissance, + 0,6 %, après plusieurs années de baisse. Le secteur reste amplement dominé par des ouvrages d’importation, à 72,5 % issus de catalogues étrangers, et essentiellement français. En revanche, on note que 59 % de l’activité des maisons belges se déroule dans l’export. 

 

Foire du Livre de Bruxelles

Foire du livre de Bruxelles - Ines s. CC BY 2.0

 

 

Globalement le marché est soutenu par trois secteurs d’activités, le scolaire (+ 10,4 %), la littérature générale (+ 6,8 %) et la bande dessinée (+ 3,5 %), mais les parts de marchés des éditeurs belges continuent de reculer – à 27,5 %, soit une perte de 0,4 %. La tendance est constante depuis 2010, peut-on observer. 

 

Globalement, les canaux de vente s’inscrivent dans des logiques déjà observées dans le reste de l’Europe : la librairie généraliste et spécialisée est en croissance de 3,2 % tandis que le 2e niveau diminue de 1,5 %. La vente à distance n’est toutefois pas intégrée dans les données. 

 

En moyenne, on l’imagine bien, le panier des clients a augmenté sur l’année passée, avec 28,4 € d’achats contre 26,9 € en 2014. Le prix moyen des livres achetés est cependant en hausse, à 13,1 € contre 12,3 € l'année précédente. La production de livres papier de langue française de son côté bascule à 57 % d’import, représentant 77,78 millions € de chiffre d'affaires, contre 54,28 millions pour la production belge. 

 

 

Le numérique est en croissance, avec 9,66 % des ventes totales réalisées, contre 8,62 % en 2015. « Toutes langues confondues (en éditions propres), elle grimpe jusqu’à 19,3 % du chiffre d’affaires total (papier et numérique) en 2015, contre 16,6 % en 2014 », indique le rapport. Ce chiffre est nettement au-dessus de la moyenne européenne, du fait de la spécificité belge concernant l’édition de sciences humaines. Le segment Scientifique et Technique représente 43,27 % du CA numérique. Pour les ouvrages en néerlandais, la part du numérique dans les ventes de livres est de 30,45 %. 

 

À ce jour, 1479 personnes travaillent dans l’édition belge francophone, à travers 43 maisons d’édition – et 71,7 % en temps plein. 

 

Dans les pratiques de lectures, on notera 51 % de lectrices et 49 % de lecteurs (papier et numérique), avec deux nuances : les livres imprimés et lus sont majoritairement destinés aux loisirs (89 % contre 90 % en 2015). Les livres numériques (lus ou consultés) ont trait principalement à la littérature générale.